Responsabilité de protéger


 

 

Lors du 60ème sommet mondial des Nations Unies, à l’automne 2005, l’Assemblée générale a adopté le principe de la Responsabilité de protéger, sous le titre « Devoir de protéger les populations contre le génocide, les crimes de guerre, le nettoyage ethnique et les crimes contre l’humanité ». C’est à l’issue d’un questionnement initié fin des années 1990 – interrogeant les notions de droit d’ingérence et d’intervention dite « humanitaire » – que les tabous touchant à la souveraineté ont pu être écartés, grâce à l’action énergique de certains Etats et du secrétaire général Kofi Annan.