Burundi

 

26 mai 2009

Burundi

La Cour suprême du Burundi a confirmé hier en deuxième instance la culpabilité d’Hussein Radjabu et de cinq autres individus pour « complot contre la sûreté de l'État ». L’ancien dirigeant du parti présidentiel burundais, le CNDD-FDD, avait été arrêté en avril 2007 pour avoir notamment « recruté des (ex-rebelles) démobilisés pour pouvoir peut-être perturber l'ordre public ». Son avocat estime qu’il s’agit d’une condamnation pour motifs politiques.

 

 

Partagez cette actualité


 

 

 

 

Opérations liées :

BINUB