Haïti

 

30 juin 2009

Haïti

Le président haïtien, René Préval, a rencontré la presse lundi pour expliquer les raisons de son objection à la loi votée par le parlement fixant le salaire minimum à 200 gourdes. Selon M. Préval, « il y aurait la perte de la moitié des emplois disponibles dans le secteur de la sous-traitance en cas d’application de manière indiscriminée de cette loi ». Depuis environ un mois, le dossier du salaire minimum est revendiqué lors des manifestations des étudiants haïtiens.

 

 

Partagez cette actualité


 

 

 

 

Opérations liées :

MINUSTAH