Fiche d'information de l'État : Maroc Maroc

< Retour au détail: Maroc

Maroc

Le Royaume du Maroc est un État d’Afrique du Nord indépendant depuis mars 1956. Le pays a adhéré à deux organisations aptes à conduire des opérations de paix : ONU (1956) mais aussi l’Union Africaine dont il est de nouveau membre depuis janvier 2017 et à deux autres organisations qui sont prêtes à soutenir des opérations de paix : la Ligue arabe (1958) et l’Organisation de la Conférence islamique (1969).

 

POLITIQUE DE MAINTIEN DE LA PAIX


Le Maroc a la particularité d’être à la fois pourvoyeur de troupes et d’accueillir une opération de paix sur son territoire. En effet, en 1991 est mise en place la Mission des Nations Unies pour l’organisation d’un referendum au Sahara occidental (MINURSO), laquelle est chargée de surveiller le cessez-le-feu entre le gouvernement du Maroc et le Front Polisario. La mission a également pour responsabilité d’organiser un référendum pour permettre aux habitants du Sahara occidental de choisir le statut du territoire. Le Sahara occidental est un territoire entre l’Algérie, le Maroc et la Mauritanie, il était sous administration espagnole jusque 1976 et depuis le territoire est revendiqué par le Maroc et le Front Polisario soutenu par l’Algérie. Les Nations Unies ont cherché une solution pacifique et en 1991 le Conseil de Sécurité vote la résolution 690 pour créer la MINURSO selon les indications du Secrétaire Général. Depuis le déploiement de la mission le cessez-le-feu est en général respecté mais il n’y a toujours pas de référendum organisé, malgré des développements positifs ces dernières années. Aujourd’hui, la mission continue de surveiller le cessez-le-feu. Depuis août 2016, les Nations Unies sont préoccupées par le regain de tensions au sud-ouest du Sahara occidental suite à l’introduction d’unités armées des deux parties. L’ONU appelle à la réduction des tensions mais le Maroc menace d’annuler la contribution volontaire à la MINURSO en raison des propos de l’organisation sur le Sahara occidental.

 

En plus de contribuer à la MINURSO qui intervient sur son territoire, le Maroc participe à de nombreuses autres opérations de paix. Le maintien de la paix occupe en effet une place importante dans la politique étrangère et de sécurité du Royaume du Maroc. Le concept de paix est au cœur de la Constitution marocaine de 1996. Ainsi, les articles 3 et 4 du Préambule stipulent que « Conscient de la nécessité d’inscrire son action dans le cadre des organismes internationaux, dont il est un membre actif et dynamique, le Royaume du Maroc souscrit aux principes, droits et obligations découlant des Chartes desdits organismes et réaffirme son attachement aux droits de l’Homme tels qu’ils sont universellement reconnus. De même, le Royaume du Maroc réaffirme sa détermination à œuvrer pour le maintien de la paix et de la sécurité dans le monde. »


Le Maroc participe aux efforts de la communauté internationale pour renforcer la paix et la sécurité dans le monde et est très attaché au règlement pacifique des différends et à la légalité internationale, à travers des actions comme la médiation, le dialogue politique la coopération et l’aide au développement mais aussi les opérations de maintien de la paix. Le Royaume participe ainsi à plusieurs opérations de paix, notamment sous l’égide de l’ONU mais également en coopération avec des partenaires comme l’UE ou l’OTAN. Le Maroc est particulièrement attaché à la création d’un ordre mondial fondé sur la coopération, le respect du droit international et la justice sous l’égide de l’ONU. De plus les grandes orientations de la politique étrangère du Royaume convergent avec la plupart des objectifs et des buts de l’organisation.

 

Le Maroc participe à des opérations de paix depuis 1960 mais depuis le début des années 2000, le pays a amélioré sa participation aux opérations de paix. Cette implication entre dans le cadre plus large d’une participation croissante du continent africain pour le maintien de la paix, auprès de l’ONU mais également avec une auprès des organisations régionales comme la CEDEAO. De nombreux enjeux liés au maintien de la paix et à la sécurité internationale se situent sur le continent africain et nécessitent donc une réponse africaine. La participation du pays est relativement importante, notamment parce que c’est un pays francophone, arabe et africain. C’est ainsi un des rares pays d’Afrique à avoir participé à des opérations de paix sur les quatre continents depuis près de cinquante ans, c’est également le seul pays arabe à participer à des opérations de l’OTAN et de l’UE mandatées par le Conseil de sécurité.

 

La participation du Royaume du Maroc aux opérations de paix se fait selon trois principes d’intervention : tout d’abord, il ne participe qu’à des missions autorisées et approuvées par les Nations Unies. Ensuite le Maroc veille au respect des principes de la communauté internationale concernant le maintien de la paix, tout particulièrement l’intégrité territoriale, ainsi que la souveraineté internationale et le consentement des États concernés. Enfin, le Maroc accorde une importance particulière à la dimension humanitaire de l’intervention.

STRUCTURE DÉCISIONNELLE POLITIQUE ET MILITAIRE

Respectueux de la légalité internationale et attaché au règlement pacifique des différends, le Maroc souscrit aux principales conventions internationales en faveur de la paix. En vertu de sa constitution, le Maroc réaffirme son engagement à participer pleinement au maintien et à la consolidation de la paix dans les principales régions du monde en conflit.


Au niveau politique, le Maroc se caractérise par une monarchie constitutionnelle, sociale et démocratique qui se base sur la Charia (loi islamique), selon l’article premier du nouveau texte constitutionnel adopté par référendum, le 13 septembre 1996. Le Roi du Maroc porte le titre de « Chef suprême et Chef d'État-major général des Forces Armées Royales ». Il est Amir Al Mouminine (représentant suprême de la Nation, symbole de son unité, garant de la pérennité et de la continuité de l'État). Il assume la défense nationale et internationale. Il nomme le premier Ministre et les autres membres du gouvernement. Il nomme aux emplois civils et militaires et peut aussi déléguer ce droit.


Au niveau militaire, le Maroc se caractérise par ses Forces Armées Royales, qui ont été créées en 1956, à la fin du régime du Protectorat français. A l’époque, elles étaient composées uniquement de l’armée de terre et de l’armée de l’air. La Marine royale fut fondée en 1960. Les forces armées ont connu un développement accéléré grâce aux réformes de Mohamed VI qui avait pour objectif la modernisation, le développement ainsi que le renouvellement de l’ensemble des Forces Armées Royales. Il souhaitait également améliorer la situation sociale de l’ensemble des soldats, sous-officiers et officiers marocains. Aujourd’hui, les Forces Armées Royales se composent des trois unités: l’Armée de terre royale (constituée de plusieurs brigades et bataillons, forts de plus de 175 000 soldats), la Marine royale et les Forces aériennes royales (constitués d’environ 13 000 personnes et 300 avions). Par ailleurs, le Maroc dispose d’une Gendarmerie royale qui participe également aux opérations de paix à travers le monde. Le Maroc a notamment un bataillon entraîné aux techniques d’intervention rapide et qui peut participer à tout moment à une opération humanitaire ou à une opération pour le maintien de la paix.

L’ENGAGEMENT INTERNATIONAL DU ROYAUME DU MAROC EN FAVEUR DU MAINTIEN DE LA PAIX

Le Royaume du Maroc s’est engagé depuis son indépendance à répondre favorablement aux appels de la communauté internationale en vue de prévenir les conflits ou de restaurer la paix et la sécurité à travers le monde. En vertu d’accords bilatéraux ou multilatéraux entre États ou coalitions d’États ou sur la base d’accords de cessation d’hostilités signés entre les parties, le Maroc a souvent eu recours à ses forces armées pour faire du rétablissement de la paix. En 2010, le royaume était par exemple le 18e pays contributeur de troupes de l’ONU, se classant au 3e rang dans le monde arabe et au 8e en Afrique. En octobre 2016, lors de la conférence ministérielle sur le maintien de la paix des Nations Unies en environnement francophone, le Royaume du Maroc a réitéré son engagement à travailler aux côtés des Nations Unies dans le cadre de ses opérations de maintien de la paix, notamment en fournissant des officiers et des hauts-gradés. Selon l’ONU, au 31 août 2016, il y aurait un total de 1 607 soldats marocains mobilisés dans le cadre de différentes missions de maintien de la paix.


Le Maroc est également coordinateur du Mouvement des non-alignés pour les opérations de maintien de la paix et accorde une place importante au processus de réforme et de réflexion sur le maintien de la paix au sein des Nations Unies.


La participation du pays au maintien de la paix onusien se fait en déployant des contingents militaires et policiers sur le terrain mais également au moyen d’une contribution financière qui représente 0,054% du budget soit 4 millions de dollars sur 2 ans.


C'est ainsi que le Royaume du Maroc a envoyé des contingents en Égypte en 1967 et sur le Plateau du Golan en 1973 lors des crises du Proche-Orient. En juin 1977, le Maroc déploya quelques-uns de ses bataillons au Zaïre, (actuelle RDC) pour préserver l’intégrité du régime de Mobutu, laquelle était menacée par des forces venues de l’Angola voisin (sous le contrôle conjoint des communistes soviétiques et cubains). La même année, les forces armées marocaines s’étaient illustrées en Mauritanie, lors des affrontements avec le Front Polisario pour le contrôle du Sahara occidental.


Sur la péninsule arabique, les forces marocaines sont déployées depuis 1986 aux Émirats Arabes Unis (environ 2000 militaires et policiers) pour stabiliser la région. Plus de 1.500 soldats marocains furent détachés en Arabie saoudite sur la base d'un arrangement bilatéral, lors de la Guerre du Golfe en 1991. Le Maroc s'efforce aussi d'accroître son influence diplomatique en tant que médiateur dans le conflit israélo-arabe. Aujourd'hui, le Maroc participe à l’effort de paix dans plusieurs pays, particulièrement en Afrique mais également en Europe. Entre autres choses, le Maroc participe depuis 2015 à des opérations contre les bases de l’État islamique mais également il prend part aux frappes contre les positions houthistes au Yémen.


La participation du Maroc est régulièrement plébiscitée au niveau de la communauté internationale, et surtout au sein des Nations Unies. En effet, les Forces Armées Royales sont reconnues pour leur compétence, leur dévouement, leur abnégation et leur courage sur le terrain.  Les casques bleus marocains ont d’ailleurs été décorés à deux reprises de la médaille ONU, en 2006 et 2008, en raison de leur engagement au sein de l’ONUCI en Côte d’Ivoire.

En Afrique

L'une des régions dans laquelle le Maroc a renforcé son rôle en matière de maintien de la paix est sans conteste l'Afrique. Il est vrai que les initiatives marocaines dans la région sont d’abord à mettre en rapport avec le différend qui continue d'opposer le Maroc et Front Polisario au sujet du Sahara occidental. Le Maroc s’est ainsi retiré de l’Organisation panafricaine (OUA) en 1984, après l’admission en son sein de la République Arabe Sahraouie Démocratique. Néanmoins, en janvier 2017, le Maroc est de nouveau membre de l’Union Africaine et pourrait participer au maintien de la paix de l’Union Africaine financièrement notamment mais également en déployant ses forces armées sur le terrain. Le Maroc a également demandé à devenir membre à part entière de la CEDEAO. Cela fait partie de la vaste offensive diplomatique du royaume en Afrique.


En outre, dans le cadre de la région Afrique, le Maroc a contribué de manière significative au maintien de la paix. Tout d’abord, dans le cadre de l’ONUC (mission de l’ONU qui a duré de juillet 1960 à juin 1964, en République du Congo), le Maroc a fourni deux bataillons (infanterie et parachute) pour le maintien de l’ordre et le rétablissement de la paix entre belligérants. D’avril 1992 à mars 1993, le Maroc déploya plus de 1000 soldats et 60 policiers civils pour l’Opération des Nations Unies en Somalie (ONUSOM I). Le personnel militaire et civil avait en charge de surveiller le respect du cessez le feu à Mogadishu (avec 5 observateurs militaires), d’assurer l’acheminement de l’aide humanitaire, d’assurer la protection du personnel et des installations de l’ONU. Les Forces Armées Royales marocaines ont ensuite déployé des unités militaires de l’ordre de 1430 éléments après la création de la Force d’intervention unifiée (UNITAF) en décembre 1992. Elles ont ensuite participé à la deuxième Opération des Nations Unies en Somalie (ONUSOM II), qui prit la relève de l’UNITAF en mars 1993, et ce jusqu’en mars 1994.


D’autres missions de maintien de la paix de l’ONU ont aussi vu la participation des Forces Armées du Maroc, notamment en Angola (UNAVEM II, entre 1989 et 1996, avec l’envoi de 15 observateurs militaires et de 11 membres de la police civile) et au Cambodge (UNTAC) entre août 1992 et juin 1993, avec l’envoi de 100 policiers civils. En Haïti, le Maroc a déployé, conjointement avec l'Espagne, un contingent de 364 soldats, dont 164 marocains pour la mission de l’ONU pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH). Ces troupes marocaines et espagnoles ont ainsi pris, le 11 novembre 2004, le relais du bataillon chilien à Fort Liberté et à Terrier Rouge au Nord-est d'Haïti. Aussi, dès 2007, les Forces Armées Royales participent à l’opération hybride conduite conjointement par l’Union Africaine et les Nations Unies au Darfour (UNAMID).


En Côte d'Ivoire, le Maroc contribue aux côtés de 39 autres pays à l’Opération des Nations Unies (ONUCI) instituée par le Conseil de Sécurité depuis le 4 avril 2004 pour instaurer paix et stabilité dans ce pays ouest-africain. La participation du Maroc à cette mission a été fortement plébiscitée par l’ONU, qui lui a notamment décerné une médaille commémorative des opérations de maintien de la paix lors du 50ème anniversaire de la fête de l'indépendance nationale. Selon plusieurs rapports onusiens, le contingent militaire marocain déployé en Côte d’Ivoire, fort de 735 militaires et de 4 officiers d'État-major, se distingue régulièrement par son dévouement, son abnégation et son courage pour instaurer une stabilité et une paix durables en Côte d’Ivoire. La mission est toujours en cours aujourd’hui et le Royaume y participe au titre de 4 soldats déployés.


En République Démocratique du Congo, le Maroc contribue dès le 30 novembre 1999 à la mission des Nations Unies pour la paix (MONUC). Dans le cadre de cette mission, le Royaume du Maroc a déployé un contingent de 750 militaires, 4 officiers d’État-major et quatre membres de la police civile. Le Maroc a en outre mis à la disposition de la MONUC un Hôpital médical de niveau II était composé de 51 militaires.   Suite à la résolution 1925 du Conseil de sécurité en 2010, la MONUSCO (Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo) a remplacé la MONUC et le Maroc est toujours engagé dans le pays au côté des Nations Unies avec 3 experts et 835 soldats.


Actuellement, les Forces Armées Royales participent également à la MINUSCA en Centrafrique avec 11 experts et 751 soldats déployés sur le terrain. La mission tente de maintenir l’ordre en Centrafrique où des bandes armées continuent de terroriser la population malgré la fin des tueries de masse. Le 26 août 2014, 75 éléments de l’Unité de Gardes marocaines de la MINUSCA ont reçu la médaille de l’ONU dans le cadre de la rotation des troupes à Bangui. A cette occasion, le chef de la MINUSCA, le Général Babacar Gaye, a souligné la discipline et la rigueur des troupes marocaines dans la mission.

En Europe

Plusieurs initiatives marocaines témoignent de l'intérêt de ce pays pour des opérations de paix pouvant favoriser la coopération avec les institutions européennes. Par exemple, le Maroc a proposé la mise en place de mécanismes de concertation entre Européens et Méditerranéens sur les questions de maintien de la paix en 1995. Le royaume chérifien a adopté une mesure concrète en décidant en décembre de la même année d'envoyer en Bosnie-Herzégovine un contingent de 1400 soldats, dans le cadre de l'IFOR (la force opérationnelle de l’OTAN pour la mise en œuvre de la paix en Bosnie).


Le Maroc est d’ailleurs le seul pays africain et arabe à avoir participé à des opérations de l’OTAN au Kosovo et de l’UE en Bosnie-Herzégovine. Il n’est pas membre de l’OTAN mais il a le statut d’ « allié majeur hors OTAN », lequel lui a été attribué en 2004 par George W. Bush. De plus, dans le cadre de son engagement en Europe le Maroc est associé aux opérations militaires en Bosnie-Herzégovine depuis 2005. L’UE a ainsi demandé au Royaume de participer à l’opération Althea comme une force de reconnaissance de l’UE de l’expérience et de l’expertise du pays dans le maintien de la paix.


Le Maroc a participé aux côtés de l’OTAN à l’IFOR puis à la SFOR (force de stabilisation de la paix en Bosnie Herzégovine), avec un contingent de 350 soldats marocains dès décembre 1996. Le Maroc participe aujourd’hui à la Force pour le Kosovo, (KFOR), aux côtés de l’OTAN. Au Kosovo, en plus d’envoyer un bataillon de 409 soldats, le Maroc a aussi dépêché depuis décembre 1999 un bataillon médical pour apporter une assistance sanitaire et sociale aux populations locales et pour effectuer certaines tâches humanitaires. Aujourd’hui sa participation au sein de la KFOR est de 173 militaires.


Le Maroc participe également au Dialogue sur la Méditerranée de l’OTAN. L’organisation souhaite d’ailleurs renforcer son partenariat stratégique avec le Maroc, qui est un allié majeur de l’organisation en Afrique. L’OTAN veut également étendre ses efforts de coopération au-delà de ses frontières, ce qui passe par une intensification de son partenariat sécuritaire et militaire avec le Maroc. En mars 2016, ce dernier a ainsi rejoint la Plateforme des opérations de l’OTAN, ce qui permettrait aux Forces Armées Royales de mener des interventions aux côtés de l’OTAN à l’étranger.


Ainsi, la participation du Maroc au maintien de la paix est assez importante à travers le monde et est régulièrement saluée par la communauté internationale. Le royaume a ainsi réussi à s’imposer comme un acteur africain incontournable du maintien de la paix. L’engagement des Forces Armées Royales dans les opérations de paix à travers le monde a coûté la vie de 37 soldats à travers le monde, dont deux en Centrafrique en janvier dernier dans le cadre de la MINUSCA.


Fiche mise à jour le
1 mai 2017 par Clémence Buchet-Couzy, stagiaire au Centre d'Etudes des Crises et des Conflits Internationaux (Louvain-la-Neuve)


Mountaga Diagne

Chargé de cours, UQAM