Centre de situation du DOMP

Retour au détail: Centre de situation du DOMP

 

Suite à l’Agenda pour la paix, le Secrétaire général a procédé, en 1993-1994, à une restructuration et à une certaine "militarisation" du Département des opérations de maintien de la paix (DOMP) créé peu de temps auparavant. Un Centre de situation est créé afin d’assurer une permanence au sein du Département qui déploie alors plus de 50 000 Casques bleus de par le monde. Le Centre de situation comprend 20 personnes qui doivent recueillir les informations provenant des différentes missions et pouvoir présenter à tout moment un point de situation qu’exigeraient les autorités du Secrétariat. Il est chargé de donner une information au Secrétaire général en temps réel. Il fonctionne ainsi 24 heures sur 24 – c’est l’époque où certains généraux sur le terrain ont exprimé une certaine exaspération à l’encontre des « téléphones onusiens que personne ne décroche le samedi » Propos du général français BRIQUEMONT au sein de la FORPRONU. Cité par Laure MANDEVILLE, "Grandes ambitions, petits moyens", Le Figaro, 17 mai 1994. – et est équipé de réseaux standardisés de communication et d’information.

 

Historique

Suite à l’Agenda pour la paix, le Secrétaire général a procédé, en 1993-1994, à une restructuration et à une certaine "militarisation" du Département des opérations de maintien de la paix (DOMP) créé peu de temps auparavant. Un Centre de situation est créé afin d’assurer une permanence au sein du Département qui déploie alors plus de 50 000 Casques bleus de par le monde. Le Centre de situation comprend 20 personnes qui doivent recueillir les informations provenant des différentes missions et pouvoir présenter à tout moment un point de situation qu’exigeraient les autorités du Secrétariat. Il est chargé de donner une information au Secrétaire général en temps réel. Il fonctionne ainsi 24 heures sur 24 – c’est l’époque où certains généraux sur le terrain ont exprimé une certaine exaspération à l’encontre des « téléphones onusiens que personne ne décroche le samedi » Propos du général français BRIQUEMONT au sein de la FORPRONU. Cité par Laure MANDEVILLE, "Grandes ambitions, petits moyens", Le Figaro, 17 mai 1994. – et est équipé de réseaux standardisés de communication et d’information.

Organisation

Le Centre de situation a depuis peu changé dans ses effectifs – une petite trentaine de personnes – mais s’est structuré autour de deux principaux piliers : la salle des opérations (Operations Room) et d’une Unité de recherche et de liaison (Research and Liaison Unit), RLU. Ces deux entités sont soutenues par l’Unité de gestion de l’information (Information Management Unit, IMU). La restructuration de 2007 a placé le Centre de situation au sein du Bureau du Chef de cabinet conjoint DOMP/DAM. Son directeur est sous la responsabilité hiérarchique du Bureau du Chef de cabinet du DOMP/DAM. Il est secondé par un adjoint et assisté d’un conseiller politique (Policy officer).

 

Le premier responsable du Centre de situation était un diplomate de carrière du Canada, Stan Carlson. En 2002, un brigadier général français à la retraite, François Dureau, lui a succédé. En 2009, Ian Sinclair, un colonel britannique à la retraite, a été nommé comme troisième responsable du Centre de situation.

 

La salle des opérations comprend trois bureaux régionaux et observe 24 heures sur 24 l’évolution de la situation dans les zones de déploiement des missions du Département des opérations de maintien de la paix. En outre, le Centre de situation établit ainsi des rapports de situation intégrés quotidiens et/ou hebdomadaires et permet aux hauts responsables du DOMP et du DAM de rester en permanence informés. Le RLU renforce la capacité du centre de situation à offrir une analyse contextuelle ainsi qu’une évaluation de la situation (situational awareness) dans les zones de déploiement des missions en cours. L’IMU facilite l’utilisation efficace des technologies de l’information au sein du Centre de situation. Il constitue le point de contact des JOC (Joint Operations Centre) et des JMAC (Joint Mission Analysis Centre) mis en place dans les opérations de maintien de la paix.

 

Le Centre de situation forme en quelque sorte un « centre de renseignement » du DOMP-DAM et peut être en contact avec les services de renseignement des Etats membres. Toutefois, il travaille principalement sur des sources ouvertes et sur les informations données par les structures des opérations de maintien de la paix.

Mission et mandat

La mission du centre de situation est de constituer un point de contact permanent du terrain vers le siège et d’être une « plate-forme » d’informations provenant du terrain.

 

L’objectif est de donner aux responsables du DOMP et du DAM une compréhension commune de ce qui se passe sur le terrain. Les principales fonctions du centre de situation sont :

 

- 1. surveiller l’évolution de la situation dans les zones de déploiement des opérations du DOMP-DAM et d’autres régions sensibles par le biais de rapports quotidiens et ad hoc ainsi que de séances d’information;

- 2. produire des analyses de situation aux hauts responsables du Département ;

- 3. faciliter les communications entre les hauts responsables du département et les missions sur le terrain ; le Centre de situation organise les visio-conférences avec le terrain ;

- 4. faciliter la gestion des crises au niveau du Siège ;

- 5. fournir un appui aux centres d’opérations conjointes (JOC) et aux centres civilo-militaire d’analyse conjointe (JMAC) avec des directives techniques ;

- 6. assurer la liaison avec les autres départements et bureaux des Nations Unies, les agences, fonds et programmes des Nations Unies ;

- 7. assurer la liaison avec ses homologues des organisations régionales, notamment l’UE et l’OTAN.


Dr Alexandra Novosseloff

Chercheure-associée, Centre Thucydide, Université Paris Panthéon-Assas (Paris 2)

3 mai 2011