Fiche d'information de l'État : Niger Niger

< Retour au détail: Niger

Niger

La République du Niger est un État d’Afrique occidentale devenu indépendant en 1960. Le Niger est membre de trois organisations habilitées à conduire des opérations de paix : l’ONU (1960), l’Union Africaine (1963), la CEDEAO (1975).

Politique de maintien de la paix

La République du Niger souscrit au maintien de la paix en vertu de ses engagements internationaux. La Charte de l’ONU, le Traité de Lagos (CEDEAO) et la Charte d’Addis Abeba (UA) sont les dispositifs juridiques qui permettent au Niger de contribuer à la paix et à la sécurité internationale. La participation aux opérations de paix (OP) au niveau sous-régional, notamment au sein de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) demeure l’un des objectifs prioritaires du Niger en matière de paix et de sécurité. Reconnu et apprécié sur le plan régional, le Niger participe également aux opérations de maintien de la paix, au niveau international, en déployant des contingents militaires et policiers dans les missions onusiennes (MINUL, MINUSTAH, MINURCAT). Les FAN (Forces Armées Nigériennes) participent au maintien de la paix dans plusieurs pays en conflit (République Démocratique du Congo, au Burundi). Le Niger s'implique également au niveau militaire et politique, dans le processus de paix en République Centrafricaine, au Tchad et en Côte d’Ivoire.

Structures décisionnelles politiques et militaires

Le Niger participe aux opérations de paix (OP) sur décision du président de la République (qui est garant du respect des accords internationaux et de la sécurité nationale). En vertu de la constitution (adoptée en juillet 1999), le président assume les fonctions de chef d’état-major suprême des FAN. À ce titre, il a la responsabilité d’autoriser la participation des FAN dans les OP. Il peut consulter plusieurs instances politiques et militaires avant de prendre sa décision finale. Parmi elles, on retrouve le Ministère de la Défense, le Ministère des Affaires Étrangères, la Direction de la Coopération Militaire, la Direction des Nations Unies et celle des Organisations Internationales, la Gendarmerie Nationale…

 

Les FAN (créées le 1er août 1961) sont regroupées autour du Ministère de la Défense Nationale. Les forces militaires sont composées des armées de terre, des forces aériennes et de la Garde Républicaine. Ces forces constituent les composantes militaires opérationnelles qui contribuent à l’effort de paix internationale. La Gendarmerie Nationale fournit les éléments de police civile et participe aux côtés des armées, aux OP internationales. Les officiers de police sont généralement déployés pour une période d’un an renouvelable. Les contingents militaires sont généralement déployés dans les missions de l’ONU pour une durée d’un an non renouvelable, à l’expiration de laquelle les noms de leurs remplaçants sont communiqués au Département des opérations de maintien de la paix (DOMP) pour un prochain déploiement.

Le Niger dans les OP

La participation du Niger dans les Opérations de Paix est assez récente. Le Niger entend participer au maintien de la paix, de manière régulière et accroître sa contribution au niveau militaire et policier pour faire partie des pays africains qui s’impliquent le plus dans l’effort de paix régional (à l’instar du Ghana, du Nigéria, du Bénin, de l’Afrique du Sud ou du Sénégal). La République du Niger s’engage dans le maintien de la paix, en déployant plusieurs contingents militaires et policiers (ainsi, en mars 2008, le Niger figurait au 7ème rang des pays francophones et au 11ème rang des pays africains qui contribuaient le plus aux OP onusiennes derrière des États comme le Rwanda, le Maroc, ou encore le Nigéria). La participation du Niger dans les OP s’étend également dans des missions de paix en terre africaine (Soudan, Libéria) et en terre francophone (Burundi, RDC, Côte d’Ivoire, Haïti).

Dans le contexte onusien

Le Niger participe de nos jours, de manière active aux efforts de l’ONU, au sein de 7 OP (Libéria avec la MINUL, au Darfour avec la MINUAD, au Burundi avec la BINUB, en République Centrafricaine avec la MINURCAT, en RDC avec la MONUC, en Côte d’Ivoire avec l’ONUCI et en Haïti avec la MINUSTAH). En termes d’effectifs, le Niger déploie plus de 600 hommes (contingents militaires et policiers) qui participent aux OP onusiennes (385 soldats, 27 observateurs militaires et 211 policiers pour un total de 623 hommes déployés dans les OP de l’ONU). Il est utile de rappeler qu’outre les observateurs militaires, un contingent nigérien opérait en Côte d’Ivoire depuis avril 2004. Ce contingent était composé de 383 unités (73 gendarmes, 35 gardes et 275 militaires, dont 3 observateurs).

 

Actuellement le contingent nigérien en Côte d’Ivoire (qui est la plus importante unité déployée par le Niger dans les OP) est formé de 384 soldats, 45 policiers et 6 observateurs militaires. En février 2004, le bataillon d'infanterie et parachutiste du Niger (NIGERBAT) a rejoint les rangs de l'ONUCI. Le Niger a entrepris une 7ème rotation de ses troupes dans les deux camps à Korhogo et Ferkessedougou. Des soldats nigériens ont été déployés à Boundiali et Ouagolodougou. Le contingent du Niger en Côte d’Ivoire est chargé d'assurer la stabilité et la sécurité dans la région centre-nord du pays. Les soldats nigériens patrouillent la frontière entre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso et escortent le personnel de l'ONU à la ville de Tengrela, près de la frontière entre la Côte d'Ivoire et le Mali. Ils transportent régulièrement de l'eau, apportent des soins médicaux au personnel de l'ONUCI et aux populations ivoiriennes. Ils effectuent également des patrouilles nocturnes (dans les centres commerciaux et les quartiers résidentiels de Korhogo). Ils tentent de créer un climat de confiance et s’engagent à maintenir la sécurité au sein des collectivités locales. Le bataillon du Niger en Côte d’Ivoire a également la responsabilité d’escorter toutes les personnalités onusiennes qui sont en visite dans la région.

 

Dans le cadre de la MONUC, 62 policiers nigériens (dont 5 femmes faisaient partie du contingent déployé en 2007). Au Soudan (pour la MINUAD), le Niger déploie actuellement un contingent formé de 33 policiers (dont un seul soldat). 65 policiers (dont 4 femmes) sont déployés au sein de la Mission de l’ONU en Haïti (MINUSTAH) et 6 policiers se retrouvent en République Centrafricaine (MINURCAT). Le Burundi (7), la RDC (17), le Libéria (3) et la Côte d’Ivoire (6) sont les 4 pays africains qui accueillent les 27 observateurs militaires nigériens dans les missions de paix onusiennes.

Dans le cadre de l’UA

Le Niger a participé à des OP régionales africaines (d’août 1990 à octobre 1999, des contingents militaires ont été déployés à l’ECOMIL, au sein de la Force de la CEDEAO au Libéria et à l’ECOMOG en Guinée Bissau). Depuis 2003, le gouvernement nigérien a commencé à envoyer ses unités en Côte d'Ivoire pour intégrer les troupes de la CEDEAO, juste après le cessez-le- feu de 2002 (entre le gouvernement ivoirien et les Forces Nouvelles). Les contingents nigériens ont aussi été déployés dans le cadre de coalitions de forces en terre africaine (Opération Turquoise avec la France et 5 autres pays africains au Rwanda). En déployant des contingents militaires dans les OP en terre africaine, le Niger se donne la priorité de renforcer l’effort de paix au niveau régional.

Coopération multilatérale

La République du Niger est très active en matière de coopération régionale (le pays est membre de plusieurs organisations régionales et sous-régionales, comme la CEDEAO, où il occupe les présidences du Parlement et du Comité de défense et de sécurité; la Commission du bassin du lac Tchad; la Communauté des États Sahélo-Sahariens, CEN-SAD). Le Niger a aussi adhéré à l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI) en 1969, organisation panislamique prête à soutenir des OP dans les pays musulmans. Le Niger a signé l’Accord de Non-agression et d’Assistance en matière de Défense (ANAD). Ce pacte est destiné à assurer la paix et la sécurité pour la prévention des conflits, le règlement pacifique des différends et l’assistance militaire en cas d’agression entre les pays de la CEDEAO.

 

Au niveau francophone, le Niger entame des projets de coopération avec des pays comme la France ou la Belgique pour consolider son expertise militaire en maintien de la paix. Actuellement, des soldats nigériens prennent part à des séminaires organisés par l’armée française dans le cadre des Écoles Nationales à Vocation Régionale (ENVR). Des responsables et hauts-gradés de l’Armée nigérienne participent régulièrement à ces exercices militaires. Le Niger a l’ambition de s’impliquer davantage dans ces écoles de formation pour renforcer ses capacités, afin de mieux contribuer au maintien de la paix et de la sécurité.


Mountaga Diagne

Doctorant et chargé de cours

2 juin 2008