La contribution civile aux opérations de paix: Évaluer les progrès et identifier les lacunes

La contribution civile aux opérations de paix: Évaluer les progrès et identifier les lacunes

30 juin 2010

Atelier organisé à Addis Abeba sur l'apport des civils dans la mise en œuvre de la FAA

 

 

Destiné aux experts africains, l’atelier « La contribution civile aux opérations de paix: Évaluer les progrès et identifier les lacunes », organisé le 30 juin 2010 à Addis Abeba, a fourni un tour d’horizon de la mise en œuvre de la Force africaine en attente (FAA) en mettant l'accent sur sa composante civile. L’objectif de cette activité était non-seulement de faire état de ce qui a été réalisé jusqu’à maintenant, mais surtout d’identifier ce qu’il reste à faire et quels en sont les principaux défis. L’atelier a ainsi permis aux participants de pousser plus loin leur réflexion concernant la dimension civile des opérations de paix. Le Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI) le Centre africain pour la résolution constructive des conflits (ACCORD) et le ROP ont conjointement organisé cet évènement, qui a bénéficié de l'appui financier des gouvernements canadien et norvégien. Les participants ont eu l’opportunité de discuter au cours de l’évènement des différentes perspectives concernant la dimension civile de la FAA, qu’elles soient au niveau de l’Union africaine, régionales ou nationales, ainsi que des défis de la formation, du recrutement, du personnel et du déploiement.

Contribution civile - Juin 2010


Objectifs de l’atelier


• Appuyer les efforts africains, tant nationaux que régionaux, afin de renforcer les capacités des organisations africaines à discuter, développer et incorporer des politiques efficaces qui vont améliorer les contributions civiles aux opérations de paix
• Promouvoir la coopération et la coordination sur le terrain en encourageant les synergies entre les efforts de l’ONU, des organisations régionales et des gouvernements afin d’obtenir une meilleure interopérabilité au sein des missions mêmes et de la missions de transition.
• Émettre des recommandations spécifiques pour l’Afrique afin d’améliorer les capacités et l’efficacité, notamment une formation qui reflète réellement les besoins et les expertises requises pour les civils impliqués dans les opérations de paix, ainsi que les mécanismes et les standards de surveillance et d’évaluation d’impact.
• Contribuer aux efforts globaux de renforcement des capacités en encourageant des programmes externes de renforcement des capacités plus ciblés et efficaces
• Établir un réseau d’experts, de praticiens et de décideurs

Programme


MARDI 29 JUIN 2010 :

Arrivée
enregistrement pour l’hébergement

Réception
organisée par l'ambassadeur norvégien en Éthiopie, S.E. Jens-Petter Kjemprud

• Conférencier invité: Ambassadeur Nicolas Bwakira, ancien Chef de l'AMISOM


MERCREDI 30 JUIN 2010

8h45 Enregistrement des participants

9h Mot de bienvenue et introduction

• Remarques d'ouverture : Co Al Mustafa Umar, POSD de l’UA

• Aperçu du projet: Stephanie Blair, SIPRI

• Objectifs de l’atelier: Zinurine Alghali, ACCORD

• Structure de l’atelier: David Morin, ROP

• Tour de table – présentation des participants et remarques préliminaires


10h Séance 1: Sondage avant l’atelier: réponses et conclusions

Un aperçu des conclusions du projet de recherche sur les capacités civiles internationales pour les opérations de paix civiles mené avant l’atelier. L’objectif de la séance est de fournir l’information déjà disponible sur le sujet. Les séances qui suivent donneront de l’information additionnelle ou des précisions sans répéter ce qui a déjà été recensé.

• Modérateur: Etienne Tremblay-Champagne, ROP

• Conférencière : Stephanie Blair, SIPRI


10h30 Pause-café


11h Séance 2 : La dimension civile des opérations de paix africaines et de la FAA

Un aperçu du développement de la FAA avec l’accent sur sa dimension civile. L’objectif de la séance est non seulement de faire état de ce qui a été fait jusqu’à maintenant, mais surtout d’identifier ce qu’il reste à faire ainsi que ses principaux défis.

• Modérateur: Cedric de Coning, ACCORD & NUPI

• Conférencier: Col. Charles Debrah, PSOD de l’UA


12h Séance 3: Approches régionales

Cette séance a comme objectif de clarifier les perspectives régionales au sujet de la dimension civile des opérations de paix. Quelles sont les actions entreprises a fait à ce jour, comme par exemple les exercices MAPEX, CPX et FTX, et quels sont les principaux défis à l’horizon?

• Modérateur: Alaa Abdel Aziz, CCCPA 

• Panel : - Maj. Gen. (rtd) Cyrille Ndayirukiye, EASBRICOM - Heretsebe Mahosi, SADC - Anathase Nthanga Oyougou, CEEAC - Col Agourou Mamba, Secrétariat Général de la CEEAC


13h Lunch


14h Séance 4: Les approches nationales

Une séance de discussion sur le développement des capacités civiles au niveau national avec comme objectif de clarifier les perceptions nationales face à la dimension civile des opérations de paix. Qu’est ce qui a été fait jusqu’à maintenant et quels sont les principaux défis à l’horizon ?

• Modératrice: Dr. Memunatu Pratt, Université de Freetown, Sierra Leone

• Panel : - Amb. Mahmoud Farghal, CCCPA - Dr. I Zabadi, National Defence College, Nigeria - Florence Oduor, IPSTC - Jean-Marc Flückiger, EMP Bamako


15h Pause-café


15h30 Séance 5: Banques de personnel en attente et défis du recrutement

• Modérateur: Modibo Goïta, EMP Bamako

• Panel : - James Gadin, AMISOM - Yvonne Kasumba, PSOD de l'UA - Eustace Chiwombe, AFDEM

16h30 Séance finale : Réflexions sur l’avenir et besoins futurs

• Cedric de Coning, ACCORD & NUPI

• David Morin, ROP

• Stephanie Blair, SIPRI



Une implication civile croissante


En 1999, le rapport Brahimi a souligné le déficit d’experts civils dans les opérations de paix. Dans le cadre du 10e anniversaire de ce rapport phare, il est encourageant de voir que des progrès ont eu lieu, particulièrement en ce qui a trait à la formation et à la mise en place de banques de recrutement. Toutefois, les principaux défis identifiés dans le rapport demeurent, à savoir notamment la rareté des civils suffisamment qualifiés pouvant être déployés au bon moment ou en nombre suffisant. Les opérations de paix sont beaucoup plus complexes et exigeantes qu’auparavant. La transformation des conflits et la construction de l’État—qui sont des tâches essentiellement civiles—sont maintenant au cœur des processus de consolidation de la paix. La disponibilité du personnel et de l’expertise civils est donc essentielle pour remplir les mandats des opérations de paix et l’éventail des compétences requises par les civils s’est étendu. Malheureusement, les opérations actuelles ne parviennent pas toujours à remplir pleinement leur mandat ou à atteindre les effectifs prévus, en partie en raison de la lenteur du déploiement des civils et du manque de compétences ou d’expertise de ces derniers. Selon le Annual Review of Global Peace Operations publié en 2009, l’année à venir devrait fournir l’occasion de porter une attention accrue aux questions civiles, ainsi qu’aux défis perpétuels de la relation entre le maintien de la paix et les stratégies plus larges de consolidation de la paix dans un ensemble cohérent.

 

 

L’atelier s’insère dans le cadre d’un projet plus large mené par SIPRI visant à faire le point sur l’architecture internationale et les institutions impliquées dans les opérations de paix civiles à travers l’examen des structures multilatérales et bilatérales, des politiques et des mécanismes.