Comité d'état-major de l'ONU


 

 

Le Comité d’état-major de l’ONU est un organe méconnu. Méconnu principalement parce qu’il n’a jamais réellement fonctionné. Principale innovation de la Charte de San Francisco (par rapport au Pacte de la Société des Nations), sa mise sur pied n’a pas résisté à la mésentente entre les cinq Grands à partir de 1947. Organe de contrôle de leur puissance militaire mise au service d’une organisation internationale, les cinq membres permanents le perçoivent tout d’un coup avec méfiance. De facto, leurs désaccords sur son fonctionnement et sur la négociation des accords spéciaux prévus par la Charte pour la mise à disposition de forces armées ont alors mis le Comité d’état-major en sommeil. Depuis, il se réunit tous les 14 jours, comme son règlement intérieur le prévoit, de manière très formelle pour simplement et uniquement décider de la date et de l’heure de sa prochaine réunion … 14 jours après. Cet « état comateux » de l’un des organes majeurs de la Charte n’a pas été sans conséquences sur le fonctionnement de l’ONU dans le domaine du maintien de la paix et de la sécurité internationales. L’ONU s’est ainsi développée comme une organisation purement civile, où le politique domine et où le militaire est mis à l’écart. L’ONU se retrouve de fait aujourd’hui comme la seule organisation internationale dont l’organe directeur, le Conseil de sécurité, ne s’appuie pas sur un organe de conseil militaire (comme cela se fait à l’OTAN et à l’Union européenne).