01. Haïti

 

13 janv. 2010

01. Haïti

Tragédie pour la MINUSTAH et les agences onusiennes - Le président haïtien, René Préval, annonce le décès du Chef de la MINUSTAH, le Tunisien ,Hédi Annabi->http://www.operationspaix.net/ANNABI-Hedi], lors du séisme de magnitude 7.0 qui a dévasté hier Port-au-Prince. Estimant qu'il y aurait entre 30 000 et 50 000 victimes, il ajoute que « c’est une catastrophe extraordinaire. Tous les hôpitaux et les morgues sont remplis ». Le Premier ministre haïtien Jean-Max Bellerive, affirme pour sa part à CNN->http://www.cnn.com/2010/WORLD/americas/01/13/haiti.earthquake/index.html] que plus de 100 000 personnes seraient décédées. Indiquant que le Fonds central d'intervention pour les urgences humanitaires (CERF) a débloqué 10 millions de dollars, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, annonce que 16 morts sont confirmées au sein de la mission onusienne, tandis que sa collègue à l’appui aux missions de paix, [Susan Malcorra->MALCORRA-Susanna,4461], a indiqué que 56 autres ont été blessés lors du séisme. Selon Mme Malcorra, « le nombre de travailleurs de l’ONU disparus est d’environ 150 ». La mort de M. Hannabi n'a toutefois pas été confirmée par l'ONU. Selon le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix de l’ONU, [Alain Le Roy, « les morts et les blessés sont évacués des étages inférieurs et M. Annabi se trouvait à un étage plus élevé (…) pour cette raison je ne peux pas confirmer cette information ». M. Le Roy a toutefois indiqué que le Sous-Secrétaire général aux opérations de maintien de la paix de l’ONU et le prédécesseur de M. Annabi, le Guatémaltèque [Edmond Mulet était en route pour Haïti pour prendre temporairement les commandes de la MINUSTAH. Le bilan final du séisme reste encore flou, plusieurs personnes étant toujours portées disparues, étant enfouies sous les décombres et la communication avec l'île étant très difficile. Selon l'ancienne porte-parole d'origine haïtienne de l'ONU Michèle Montas, 80% de la capitale serait détruite. Signe de la gravité de la situation, le secrétaire d'État français à la Coopération, Alain Joyandet, estime que 200 personnes ont été tuées lors de l'effondrement de l'hôtel Montana.
Les pays participant à la MINUSTAH commencent à faire le décompte de leurs pertes. L’armée brésilienne, qui déploie le plus important contingent de Casques bleus en Haïti, annonce « qu’au moins 11 soldats brésiliens ont péri ». D’après le China Daily, « huit Casques bleus chinois ont été ensevelis sous les décombres et 10 sont portés disparus ». Une source jordanienne annonce pour sa part que trois Casques bleus jordaniens ont été tués et 21 autres blessés. Enfin, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon->BAN-Ki-moon]
, a lancé un [appel pressant à la communauté internationalepour qu'elle vienne en aide à Haïti. D’après le porte-parole du Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l’ONU (OCHA), Elisabeth Byrs, « des bâtiments abritant la mission de l’UNICEF ont été endommagés. En revanche les bâtiments du PAM ont tenu bon». La principale prison de Port-au-Prince s'est toutefois effondrée, entraînant la fuite de quelques détenus. Un journaliste de l’AFP constate que des dizaines de personnes, grièvement blessées dans le séisme en Haïti, étaient accueillies à l'hôpital de Jimani, une petite ville frontalière dans l'ouest de la République dominicaine. Selon le journaliste, « des enfants, hommes et femmes, blessés, mutilés ou souffrant de fractures du crâne, arrivaient en autocar dans le petit hôpital General Melenciano à Jimani à 280 km à l’ouest de Saint-Domingue ».
Les réactions internationales Le président américain, Barack Obama, a tenu ce matin une réunion d’urgence et a déclaré que « chaque administration travaille sans arrêt pour faire en sorte que des ressources suffisantes soient préparées en vue d'une opération de secours ». Côté européen, l’UE a débloqué trois millions d’euros d’aide et active son système de gestion de crise->http://www.robert-schuman.eu/question_europe.php?num=qe-22] tandis que la France a envoyé deux avions d'aide avec une soixantaine de personnes à leur bord. La Banque mondiale a également débloqué 100 millions de dollars. Du côté canadien, un petit groupe de militaires attachés à l'équipe de déploiement rapide en cas de catastrophe connue sous le nom de [DARTs'envolait ce mercredi matin en direction d'Haïti. Le groupe évaluera la situation en attendant que le gouvernement haïtien fasse une demande officielle d'aide au Canada et le gouvernement pourra alors déployer un contingent plus important du DART. Cet après-midi, la gouverneure générale du Canada, Michaëlle Jean, a lu à la télévision un messagede soutien et de solidarité envers Haïti. Selon Mme Jean, « le sort s’est acharné sur la population haïtienne qui commençait à peine à retrouver un souffle d’espoir. Les communautés d’origine haïtienne partout au Canada sont comme moi très éplorées par l’ampleur de la catastrophe. Il y a tout ce que nous imaginons et qu’aucune image ne peut capter et qui accroît notre sentiment d’impuissance ». Mme Jean a également évoqué la possible disparition du Chef de la MINUSTAH, ,Hédi Annabi « un cher ami et un grand ami d’Haïti ». La mort de M. Anabi a été annoncée par le président haïtien, René Préval, mais n’a pas encore été confirmée par l’ONU.

 

 

Partagez cette actualité


 

 

 

 

Opérations liées :

MINUSTAH

 

 

 

Organisations liées :

ONU

 

 

 

États liés :

Brésil Chine Jordanie