01. Haïti

 

24 janv. 2010

01. Haïti

Lawrence Cannon présidera la conférence de Montréal - La réunion d’urgence des « pays amis » d’Haïti se tient lundi le 25 janvier à Montréal et doit aider à coordonner l’aide immédiate au pays dévasté par le séisme du 12 janvier dernier. Les États-Unis, la France, l’Espagne, le Brésil, l’ONU et l’OEA vont d’abord « comparer leurs notes » afin de faire le bilan de la situation et penser à la reconstruction future d’Haïti et la conférence internationale qui doit se tenir dans les prochaines semaines pour l’organiser. Selon le quotidien ,La Presse « le ministre canadien des Affaires étrangères, Lawrence Cannon, qui préside la rencontre et le Premier ministre haïtien, Jean-Max Bellerive, doivent ouvrir les travaux. Les discussions se poursuivront à huit clos avec la participation de la secrétaire d’État américaine, Hillary Clinton, le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, et son homologue brésilien, Celso Amorim ». Le ministre Cannon déclare que « la communauté internationale ne doit pas imposer une mainmise sur ce pays ni dicter la procédure à suivre. Il en va de la souveraineté du peuple haïtien ».D’après des sources diplomatiques françaises, « on ne va pas reconstruire Haïti à l’identique. Il faut traiter les problèmes structurels. Ce ne sera pas un exercice seulement financier, on parlera de gouvernance et de coopération régionale (…) le gouvernement haïtien devrait y jouer un rôle central ». Parmi les pays qui ont confirmé leur présence à Montréal, il y a l’Argentine, le Brésil, le Chili, le Costa Rica, la Jamaïque, le Japon, le Mexique, le Pérou, la République Dominicaine et l’Uruguay. L’UE, la Banque interaméricaine de développement, la Banque Mondiale, le FMI et plusieurs ONG sont également attendues. Consulter la liste complète des participantset leur biographie.
Au moins 150 000 morts suite au séisme du 12 janvier Le gouvernement haïtien annonce que plus de dix jours après la catastrophe le bilan officiel est d’au moins 150 000 morts. Selon le ministère haïtien des Communications, « l’évaluation se fonde sur le décompte des corps effectué par la société publique du Centre national des équipements (CNE) qui collecte les cadavres et les enterre dans une fosse commune creusée au nord de Port-au-Prince. Le chiffre ne comprend pas les milliers de personnes décédées à Jacmel ou les victimes enterrées par leurs proches. Personne ne sait combien de corps sont ensevelis sous les décombres 200 000 ? 300 000? Qui sait quel est le nombre total de morts ? ». Dans un bulletin d'informationémis vendredi, le gouvernement haïtien faisait état de presque 200 000 blessés confirmés, avec la moitié des maisons détruites à Port-au-Prince, Jacmet et Léogane, ainsi qu'au moins 23 centres hospitaliers privés effondrés. Rappellant que l'aide humanitaire doit couvrir une zone plus étendue que Port-au-Prince, il rappellait également l'importance de construire des centres d'hébergement et nommait le ministre affecté à chaque commune afin de coordonner les actions sur le terrain.

 

 

Partagez cette actualité


 

 

 

 

Opérations liées :

MINUSTAH

 

 

 

Organisations liées :

OEA ONU

 

 

 

États liés :

Brésil Canada États-Unis France