01. Haïti

 

25 janv. 2010

01. Haïti

L'UE envoie des policiers renforcer la MINUSTAH alors que s'ouvre la conférence de Montréal - La Conférence ministérielle préparatoire sur Haïti s’ouvre à Montréal afin que 14 pays et quatre organisations puissent faire le point sur la reconstruction avant une conférence prévue à ce sujet dans quelques mois. Le Premier ministre haïtien, Jean-Max Bellerive, a mis de l'avant trois grands défis à relever: une meilleure organisation du gouvernement haïtien afin de mieux coordonner l'aide d'urgence et la reconstruction, une décentralisation de l'activité économique essentiellement basée dans la capitale, et l'engagement de la diaspora. Dans une première rencontre, le président dominicain Leonel Fernandez avait déjà chiffré les besoins à 10 milliards. Consulter la liste complète des participantset leur biographie. Pendant ce temps, l’UE décide à Bruxelles d’envoyer une mission de police en Haïti pour prêter appui à la MINUSTAH, tel que demandé par l’ONU. Issus de la Force de gendarmerie européenne, ses effectifs devraient compter une centaine de gendarmes de France, une autre centaine d’Italie, une cinquantaine des Pays Bas et entre 20 et 40 Espagnols. Le Portugal et la Roumanie pourraient également y contribuer. En outre, un nouveau bilan publié aujourd’hui par l’ONU fait état de 82 employés onusiens décédés lors du séisme ainsi que 53 disparus. Parmi les victimes confirmées figurent 40 employés civils, 24 militaires et 18 policiers. S'adressant aux participants réunis à Montréal, le Premier ministre haïtien Jean-Max Bellerive a rappelé qu'Haïti devait être en charge des efforts de reconstruction. Il a toutefois rappelé l'ampleur des défis par ces propos: « mon pays a vu s'effondrer non seulement les édifices et les infrastructures, mais a été touché viscéralement par la perte de centaines de milliers de vies humaines, par un très dur coup porté à l'État dans ses effectifs de la police et de l'administration publique qui ont été littéralement décimé. Tout cela est terrible et nous devons regarder en avant et c'est pour ça que nous sommes ici ce matin ». Interrogé par la chaine RDI peu avant l’ouverture de la conférence, M. Bellerive a estimé qu’il faut « dépasser l'humanitaire» et « arriver avec une mission commune » pour son pays. Le processus de reconstruction prendrait jusqu’à 10 ans, dont au moins quatre ou cinq simplement pour revenir à la situation prévalant avant le séisme. Comme le mentionnait un diplomate français, « on ne va pas reconstruire Haïti à l'identique. Il faut traiter les problèmes structurels. Ce ne sera pas un exercice seulement financier, on parlera de gouvernance et de coopération régionale ».

 

 

Partagez cette actualité


 

 

 

 

Opérations liées :

MINUSTAH

 

 

 

Organisations liées :

UE

 

 

 

États liés :

France Italie Pays-Bas