Fiche d'information de l'État : Portugal Portugal

< Retour au détail: Portugal

Portugal

Le Portugal est un État d’Europe du Sud, devenue République en 1910. Il est membre de quatre organisations habilitées à conduire des opérations de paix : OTAN (1949), l’ONU (1955), l’Union européenne (1986) et l’OSCE (1973).

Politique de maintien de la paix

 

La République du Portugal contribue au maintien de la paix et de la sécurité internationales en vertu de ses engagements internationaux. L'Acte final d'Helsinki (OSCE), la Charte de l'ONU, le Traité de l'Atlantique Nord (OTAN), les Traités de Maastricht et d'Amsterdam de l'Union Européenne sont les dispositifs juridiques internationaux qui permettent au Portugal de s’engager dans le maintien de la paix. Le Portugal souhaite s’impliquer dans des opérations internationales pour le règlement pacifique des différends, la prévention des conflits ou le soutien humanitaire. Le Portugal a adopté une conception intégrée de sa politique nationale de défense et de sécurité qui est très liée à l’évolution de la sécurité internationale. Il s’agit du « Concept Stratégique de Défense Nationale », approuvé par le Gouvernement Portugais, le 20 janvier 2003. À travers ce concept de défense intégrée, le Portugal souhaite prendre la mesure de la transnationalisation sécuritaire - postérieure au 11 septembre - en associant la sécurité de l’État à celle des individus. Pour préserver celle-ci, le Portugal s’est assuré d’élargir sa stratégie de sécurité nationale au niveau international, dans le cadre de son système d’alliances à (ONU, UE, OTAN, OSCE). Il s’agit notamment de renforcer les dispositifs institutionnels de sécurité collective permettant de déployer des unités opérationnelles dans des opérations de paix (OP) internationales. C’est dans ce cadre que les Forces Armées Portugaises (FAP) s’impliquent dans des missions internationales, pour préserver la paix et la sécurité internationales.

Structures décisionnelles politiques et militaires

Le processus décisionnel qui déclenche la participation des contingents portugais dans les OP est initié par le Président de la République, avec l’accord du Gouvernement, (sous l’autorité du Premier Ministre). Même si le Président dispose d’un pouvoir exécutif limité, il détient la responsabilité du déploiement des forces portugaises dans les missions de paix. De plus, il est le commandant général des FAP. Le Parlement (dénommé Assemblée de la République) donne son avis sur l’envoi des contingents portugais dans les OP. Il intervient lors de la formulation du « Concept Stratégique de Défense Nationale » pour débattre en chambre des grandes lignes directrices et stratégiques du document (soumis conjointement par le Premier ministre et le Ministre de la Défense Nationale). D’autres structures politiques et militaires (Ministère de la Défense nationale, Conseil de Chefs d’état-majors, Conseil supérieur de défense nationale) sont également consultées avant l’autorisation finale en faveur du déploiement des troupes portugaises dans les missions de paix de l’ONU, de l’OTAN, de l’UE…

L’engagement international du Portugal pour les opérations de paix

Les FAP au sein desquelles, on retrouve trois services (naval, terrestre et aérien), se sont impliquées dans des missions à caractère humanitaire et des opérations de paix, depuis 1989. Le Portugal a notamment déployé des unités militaires et policières dans les États africains ayant le portugais comme langue officielle (Mozambique et Angola) au sein de l’ONUMOZ, de l’UNAVEM et de la MONUA), dans les Balkans (IFOR, SFOR et KFOR), dans le Sahara Occidental (MINURSO) et au Timor Oriental (MANUTO, MINUT). Actuellement, le Portugal s’implique dans plusieurs théâtres d'opérations: Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Timor oriental, Afghanistan, RDC, Liban. Les Forces armées portugaises participent, également dans plusieurs missions de soutien et de restauration des structures civiles et politiques, dans des pays en crise (Irak, Soudan).

Au sein des Nations Unies

L'expérience du Portugal dans les OP onusiennes a débuté avec la participation de 24 observateurs militaires devant surveiller le processus électoral en Namibie, en 1989. Le Portugal a déployé plusieurs unités militaires, policiers et civils dans une vingtaine d’opérations, notamment en Angola (UNAVEM II, III, MONUA), au Guatemala (MINUGUA), en RDC (MONUC). À l’heure actuelle, le Portugal est impliqué dans quatre missions de paix: Force Intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL), Mission Intégrée des Nations Unies au Timor-Leste (MINUT), Mission des Nations Unies au Kosovo (MINUK), Bureau intégré de l'ONU en Sierra Leone (UNIOSIL). Fort d’un contingent de 355 troupes, le Portugal occupe, à l'heure actuelle, la 41ème place dans le rang des pays qui contribuent le plus à des OP de l’ONU. En novembre 2006, le Portugal a amorcé sa contribution pour la FINUL au Liban, avec l’envoi d’une unité d'Ingénierie de l'armée basée à Naquora, dans le sud du pays, où se trouve le quartier général de la FINUL. Le Portugal s’est aussi grandement impliqué au Timor-Leste, d’abord au sein de la MANUTO (Mission d’appui de l’ONU au Timor Oriental, de 2002 à 2005) ensuite, au sein de la mission politique ayant pris son relais, (le BUNUTIL, Bureau des Nations unies au Timor-Leste) avec une contribution financière de plus de 20 millions de $ (US) au gouvernement du Timor en juin 2004.

Dans le cadre de l’UE

Tout en réaffirmant son engagement dans la Politique Européenne de Sécurité et de Défense (PESD), le Portugal entend s’impliquer dans plusieurs OP de l’UE parmi lesquelles on peut noter (l’Opération ALTHEA, la Mission de Police de l’UE en Bosnie-Herzégovine (MPUE), l’EUPOL-Proxima (Macédoine), la Mission d’assistance frontalière de l’UE au point de passage de Rafah (EUBAM Rafah). En Afrique, le Portugal a déployé des contingents au sein de l’opération EUFOR-RDC, en support à la MONUC, pour surveiller le processus électoral en RDC. Le Portugal a déployé de juin à décembre 2006, un contingent formé d’unités spéciales de la Marine (32 militaires) et d’un détachement de l'Armée de l'air, de 18 militaires, (avec un avion Hércules C-130). Le Portugal a également offert son support à la mission politique de l’Union Africaine au Soudan (au Darfour) AMIS I.

Sous l’égide de l’OTAN

Dans le cadre de l’OTAN, les Forces armées portugaises ont maintenu leur présence en 2006 et 2007, en Afghanistan, en Bosnie-Herzégovine et au Kosovo. En Afghanistan, le Portugal assure sa présence militaire de manière régulière depuis 2006 (150 soldats, 5 officiers militaires et 7 parachutistes portugais forment une force de réaction rapide au sein de la FIAS ; une équipe de contrôle aérien tactique (TACP) de l'Armée de l'air portugaise y est également déployée). Ce contingent s’est déployé dans plusieurs zones de conflit, notamment à Kandahar, Farah, Herat et Kaboul. En Bosnie-Herzégovine, le Portugal bien qu’ayant maintenu des bataillons (depuis janvier 1996) a effectué le retrait de ses derniers contingents, basé à Doboj, Modrica et Derventa, en 2007. Depuis 1999, le Portugal déploie des contingents militaires au sein de la Mission de l’OTAN au Kosovo (KFOR). La Marine portugaise s’est également impliquée au sein de missions de l’OTAN (déjà en 1992, dans l'Adriatique, pour faire suite à l’embargo de quatre ans de l’OTAN en Ex-Yougoslavie). En 1998, en Guinée-Bissau, la Force de Réaction Rapide du Portugal, constituée par des unités navales et militaires a procédé à l'évacuation de 1237 citoyens nationaux et ressortissants étrangers. Cette opération militaire a eu lieu à la suite de la crise politico-militaire qui a éclaté dans ce pays d’Afrique de l’ouest. Depuis 2001, des unités navales portugaises -de type frégate- maintiennent une participation régulière dans les opérations mises en œuvre par l’OTAN, dans la Méditerranée. Dans le cadre des mesures prises par l'OTAN pour renforcer la paix et la sécurité dans la région du détroit de Gibraltar et de la Méditerranée, la Frégate portugaise participe régulièrement à plusieurs opérations de surveillance maritime à partir de son territoire national.

Formation et coopération multilatérale

En matière de coopération multilatérale, le Portugal a déployé en juin 2006, près de 130 militaires au sein d’une coalition multinationale formée de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande et de la Malaisie (ASTUTE) pour restaurer l’ordre public et soutenir le processus de paix au Timor Oriental. Le Portugal entretient des liens privilégiés avec les États-membres de la Communauté des Pays de Langue Portugaise (CPLP), afin de renforcer sa sécurité collective. Sur le plan bilatéral, le gouvernement portugais souhaite maintenir ses relations avec les alliés traditionnels, (comme les États-Unis d'Amérique) et avec les partenaires européens de l'OTAN et de l'Union Européenne, pour consolider ses alliances politiques et militaires. Il entend approfondir ses relations avec les pays du Maghreb et ceux de la Méditerranée, dans le domaine de la paix et de la sécurité. De plus, le Portugal entretient plusieurs accords de coopération militaire et technique avec les États africains d'expression portugaise (Angola, Cap Vert, Guinée-Bissau, Mozambique et São Tomé et Príncipe). Il a noué de solides relations avec ces pays, pour favoriser des projets de formation et de renforcement des capacités militaires (entraînement militaire, support technique et logistique pour la police, formation spécialisée, garde-côtiers…). Ces programmes sont préparés par la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP) pour offrir une plate-forme utile au renforcement des capacités techniques et militaires et à la coopération multilatérale pour la paix et la sécurité dans l’espace lusophone.

 

Mountaga Diagne

Doctorant et chargé de cours, UQAM

2 juin 2008


Documents