Fiche d'information de l'État : Slovénie Slovénie

< Retour au détail: Slovénie

Slovénie

Ancien territoire de l’ex-Yougoslavie, la République de Slovénie est un État d’Europe centrale devenu indépendant le 25 Juin 1991. La Slovénie est membre de quatre organisations habilitées à conduire des opérations de paix: l’OSCE (1992), l’ONU (1992), l’OTAN (2004) et l’Union européenne (2004).

Politique de maintien de la paix

La Slovénie souscrit au maintien de la paix et de la sécurité internationales en vertu de ses engagements internationaux. La Charte de l’ONU, L’Acte Final d’Helsinki (OSCE), le Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) et les Traités de Maastricht et d’Amsterdam de l’Union européenne constituent autant d’instruments légaux internationaux qui permettent à la Slovénie de participer aux opérations de paix (OP). En raison de son passif au sein de la fédération et des guerres de Yougoslavie, la stabilité et la paix internationales sont très importantes pour le pays. À cette fin, les autorités slovènes ne se soucient pas de savoir quelle organisation internationale est en charge de l’Opération de Paix à laquelle elle participe, à partir du moment où celle-ci est approuvée par le Conseil de Sécurité des Nations Unies (UNSC). En règle générale, et au vu du fait que la priorité de la Slovénie se trouve dans son voisinage et au Sud-Est de l’Europe, elle préfère participer à des OP coordonnées par des organisations régionales telles que l’OTAN ou l’UE par exemple. Sur le plan international, sa priorité est le renforcement du système de défense et des capacités militaires en vue de préserver et de promouvoir la sécurité internationale, la démocratie, le respect des droits de l’Homme, les libertés fondamentales, la protection des groupes sociaux les plus vulnérables (comme les femmes et les enfants), le respect du droit international, la consolidation des alliances de sécurité euro-atlantiques et la coopération multilatérale en faveur d’opérations de gestion de crise (opérations de paix, soutien humanitaire…) …


Le déploiement des forces slovènes est régi par la Strategy for Participation in international Operations and Missions, adoptée par le gouvernement en 2009. Cette Strategy est une réponse au changement d’environnement sécuritaire mondial qui engendre des opérations et des missions de plus en plus complexes qui impliquent non seulement des militaires, mais également des civils. Ce programme a donc pour but de définir les capacités et les buts stratégiques et opérationnels de la Slovénie tout en maximisant la flexibilité et la coordination de ses forces dans la prise de décision. Enfin, ce programme définit le rôle des ONG et de tous les acteurs institutionnels slovènes (gouvernement, ministères, parlement…) au sein des opérations et missions internationales. Cette Strategy permet donc une participation active et des actions communes de la communauté internationale pour la prévention, la gestion et la résolution des conflits, la reconstruction post-conflit et l’assistance en cas de catastrophe naturelle ou humanitaire.


Ainsi, au travers de ses diverses missions et opérations, et en même temps qu’elle promeut son intérêt national, la Slovénie développe ses capacités nationales et transporte les valeurs des organisations internationales dont elle est membre (Union européenne, OTAN, OSCE, Conseil de l’Europe, Nations Unies), et ce notamment lorsqu’elle participe à des missions de sauvetage ou d’assistance après une catastrophe, naturelle ou non.


Sur le plan purement national et juridique, la participation de la Slovénie dans les opérations et missions internationales est basée sur la Constitution, la « Loi sur le Gouvernement de la République de Slovénie », la « Loi sur les Affaires Etrangères », la « Loi sur la Défense », la « Loi sur l’Affectation du Personnel des Missions Civiles Internationales et des Organisations Internationales », la « Loi relative au travail des Forces Armées Slovènes » … A cet égard, l’article 37 de « la Loi sur la défense » détermine les obligations internationales devant être assumées par la Slovénie en vertu des conventions internationales signées, notamment celle de participer au maintien de la paix. L’article 22 de la « Loi relative au travail des FAS » précise quant à lui les responsabilités de l’État et des forces militaires slovènes au niveau international, tandis que l’article 84 de la « Loi sur la Défense » précise les modalités décisionnelles de la participation des FAS dans les OP.

 

STRUCTURES DÉCISIONNELLES POLITIQUES ET MILITAIRES

L’initiative de la participation des Forces Armées Slovènes (FAS) dans les OP peut être proposée par plusieurs autorités politiques, notamment le Ministère des Affaires Etrangères, le Ministère de la Défense, le Ministère de l’Intérieur, ou tout autre Ministère. Le Ministère des Affaires Etrangères est responsable de la coordination de la procédure et de l’examen de l’initiative. Le Secrétariat du Conseil National de Sécurité évalue les risques des OP proposées et donne son avis sur la suite à donner.


Les Ministères des Affaires Etrangères, de la Défense et de l’Intérieur discutent également, au niveau interne, de l’initiative. Ensuite, la proposition amendée par les différents Ministères est soumise au gouvernement pour adoption. Dans le cas des opérations et missions militaires et civiles qui requièrent une action urgente et immédiate, le gouvernement doit informer le parlement de la participation de la Slovénie à ces missions, mais l’accord de celui-ci est donné a posteriori. La décision finale est de ce fait toujours prise par le gouvernement, qui doit prendre en compte la stratégie suivie par le pays, l’intérêt national, les recommandations des experts et les mises en garde opérationnelles. Pour contrebalancer cette prise de décision, tous les ans, le gouvernement doit rendre des comptes devant le parlement.

 

LA SLOVÉNIE DANS LES OPÉRATIONS DE PAIX

Comme pour tous les Etats, la sécurité et la paix sont une priorité pour la République de Slovénie. C’est donc pour cette raison qu’elle entend s’impliquer activement dans les politiques de défense et de sécurité européennes, tout en continuant à participer aux efforts internationaux visant à renforcer la paix dans le monde. Même si l’Europe Centrale et la région des Balkans sont perçues comme des zones stratégiques, la Slovénie aspire à déployer des contingents dans d’autres régions en crise. Actuellement présentes au Liban et au Moyen-Orient, les FAS ont participé à des missions de paix dans plusieurs endroits du monde. Par le passé, les FAS ont également pris part aux opérations et missions suivantes : la Force Multinationale de l’UE en Bosnie-Herzégovine (EUFOR-ALTHEA ), la Mission de Police de l’UE en Bosnie (MPUE), la Force de Maintien de la Paix de l’OTAN au Kosovo (KFOR ; début : juin 1999), la Mission de l’ONU au Kosovo (MINUK), la mission de formation de l’OTAN en Irak (NTM I ; 2004-2011), la Force Internationale d’Assistance à la Sécurité en Afghanistan (FIAS), la Mission « Etat de droit » au Kosovo de l’Union européenne (EULEX Kosovo) et la Mission de Police de l’UE pour les territoires palestiniens (EUPOL COPPS).


Aujourd’hui, en octobre 2016, la Slovénie n’a plus que 15 soldats engagés dans la Force Intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL ; début : mars 1978), et 3 experts au sein de l’Organisme des Nations Unies chargé de la Surveillance de la Trêve (ONUST ; début : mai 1948).


Les FAS constituent des composantes unifiées de l’armée de terre, de la défense aérienne et de la force navale. Elles sont composées de soldats de profession et de réservistes. Elles sont chargées de la défense militaire, avec ou sans alliés, et dans le respect des traités internationaux. Dans le cadre des OP, le commandement des FAS est directement subordonné au quartier général de l’Armée slovène (organe militaire spécialisé et le plus élevé dans le commandement militaire). Il a en charge les tâches militaires professionnelles, notamment la planification stratégique, l’organisation, la modernisation et l’équipement de l’armée. Dans le cadre des mesures opérationnelles lors des OP, il programme et harmonise le fonctionnement, la collaboration et la coordination de l’Armée slovène. Les FAS ont quant à elles pour mission de maintenir une disponibilité opérationnelle, de mobiliser les forces nécessaires, de déployer les effectifs et les forces dont elles disposent dans la zone de l’opération, et de conduire des missions défensives et offensives. Dans un contexte plus large, elles contribuent à la paix, à la sécurité et à la stabilité internationales, et assurent la sécurité et le bien-être des citoyens slovènes.


La majorité des FAS sont déployées sur l’ensemble du territoire national et au sein des unités de soutien dans des coalitions multinationales telle que FINUL. La police slovène a quant à elle débuté sa participation aux OP en 1997, pour ensuite s’en retirer totalement en 2010.

 

DANS LE CONTEXTE ONUSIEN

Devenue membre de l’ONU en 1992, la Slovénie a déployé, cinq ans plus tard, des unités militaires pour participer au règlement de la crise albanaise au sein de la Force Multinationale de Protection (Opération Alba), placée sous le Chapitre VII de la Charte des Nations Unies. La même année, des soldats slovènes ont été envoyés à Chypre pour participer, jusqu’en juin 2001, à la Force de l’ONU chargée du Maintien de la Paix (UNFICYP). Des unités slovènes ont par la suite été déployées au Liban, au Kosovo et sur le Plateau du Golan. Toutefois, depuis 2010, il n’y a plus de personnel policier slovène déployé dans le cadre des opérations de paix des Nations Unies. Actuellement, en octobre 2016, les soldats slovènes sont présents au Liban via la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL), tandis que des experts sont également déployés au Moyen-Orient au sein de l’Organisme des Nations Unies chargé de la Surveillance de la Trêve (ONUST). En dépit du fait que la Slovénie se préoccupe tout particulièrement des questions de stabilité et de sécurité dans les anciens territoires de l’ex-Yougoslavie, elle entend contribuer au système global de sécurité collective de l’ONU.

 

AU SEIN DE L’UE

Au niveau européen, la Slovénie s’engage activement en faveur de la Politique Européenne de Sécurité et de Défense (PESD). C’est d’ailleurs dans cette optique que les troupes slovènes, présentes en Bosnie-Herzégovine à partir de 1997, vont intégrer la Force Multinationale de l’UE en Bosnie (EUFOR-ALTHEA). Quelques années plus tard, en 2005, c’est 57 soldats slovènes, opérant dans 12 unités, qui vont être déployés en Bosnie-Herzégovine dans le cadre de cette mission. En mai 2006, des unités sont envoyées au Kosovo, où des avions militaires effectuent des patrouilles pour la mission d’EUFOR-ALTHEA. En février 2008, quatre policiers slovènes font partie de la Mission de Police de l’UE en Bosnie (MPUE). Au total, près de 2200 soldats slovènes furent déployés dans le Nord des Balkans. La sécurité s’étant stabilisée dans cette région, et en particulier en Bosnie, la Slovénie a, depuis 2005, graduellement retiré ses troupes pour renforcer sa présence au Kosovo et en Afghanistan, et ce notamment dans le cadre de l’opération européenne EULEX-Kosovo (2009-2018), avant de totalement les retirer. Depuis 2010, les Slovènes sont de plus en plus attirés par les interventions dans leur voisinage proche, qui les touchent directement, et s’engagent donc davantage dans des missions à portée humanitaire.

 

AU SEIN DE L’OTAN

La sécurité et la défense sont devenues des questions essentielles pour la Slovénie. En assumant un rôle actif dans les organismes politiques et militaires internationaux et en participant de manière régulière aux OP de l’OTAN, la Slovénie entend consolider ses relations au sein de l’Alliance Atlantique et contribuer aux initiatives de sécurité régionale. Au début des années 2000, les slovènes étaient présents, aux côtés de l’OTAN, au Kosovo (KFOR : 1999-) et en Afghanistan (FIAS : 2001-2014). Au Kosovo, on retrouvait une unité de surveillance des FAS qui avait en charge le contrôle du trafic militaire. En novembre 2005, une unité militaire motorisée dont la mission était de protéger les objets sacrés et les enclaves ethniques, a été envoyée dans la région occidentale du Kosovo. En février 2008, 160 soldats slovènes participaient à la KFOR. En mai 2014, ils étaient 309. En octobre 2016, plus aucun soldat slovène n’est présent sur le territoire kosovar. En décembre 2003, le gouvernement slovène a également pris la décision de s’engager en Afghanistan, au sein de la FIAS. Depuis, cinq rotations des troupes slovènes ont eu lieu. À la fin de l’année 2005, le nombre de soldats slovènes ayant intégré la FIAS était de 58, une majorité d’entre eux était présente dans la partie occidentale du pays. En 2014, avant l’arrêt total de la mission de l’OTAN, ils n’étaient plus que 33 membres des FAS.

COOPÉRATION MULTILATÉRALE

La stabilité de la région des Balkans est l’un des objectifs prioritaires du gouvernement slovène. En effet, celui-ci soutient la perspective européenne de ses voisins au sein de l’UE et entretient de bonnes relations bilatérales avec eux dans le cadre du Conseil de Coopération Régionale, anciennement Pacte de Stabilité pour l’Europe du Sud-Est. De plus, la Slovénie entretient des relations stratégiques étroites avec l’Allemagne, l’Autriche et l’Italie. Elle contribue ainsi au Partenariat régional avec l’Autriche, la Pologne, la Hongrie, la Slovaquie et la République Tchèque (depuis 2001).

 

Mountaga Diagne

Doctorant et chargé de cours, 17 avril 2008
Fiche mise à jour le 11 octobre 2016 par Marie Gilliar,
Stagiaire au Centre d'Etudes des Crises et des Conflits Internationaux (CECRI)