UNLOS / United Nations Liaison Office for Syria Organisation des Nations Unies

Actualités Début: 1er sept. 2012


Pays hôte(s)

Organisation(s)


 

Fiche informative

 

Le 19 août 2012 le mandat de la Mission de supervision des Nations Unies en Syrie (MISNUS) arrive à terme sans que le Conseil de sécurité de l’ONU ne parvienne à s’entendre sur sa prorogation. Face à cette impasse, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-Moon, fait rapidement savoir qu’il considère primordial le maintien d’une présence de l’ONU en Syrie, qui irait au-delà de l’action humanitaire. Les membres du Conseil de sécurité appuient les recommandations du Secrétaire général et décident de créer un Bureau de liaison des Nations unies en Syrie (United Nations Liaison Office in Syria - UNLOS). Cette structure, administrée par le Département des affaires politiques (DPA) et formée de 20 à 30 personnes, dont des conseillers militaires, a pour mandat d’aider le nouvel Envoyé spécial conjoint de l’ONU et de la Ligue arabe, Lakhdar Brahimi, à s’acquitter de son rôle de médiateur et de facilitateur dans cette crise. Depuis juillet 2014, c'est Staffan de Mistura qui occupe cette fonction.

Le 19 août 2012 le mandat de la Mission de supervision des Nations Unies en Syrie (MISNUS) arrive à terme sans que le Conseil de sécurité de l’ONU ne parvienne à s’entendre sur sa prorogation. Face à cette impasse, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-Moon, fait rapidement savoir qu’il considère primordial le maintien d’une présence de l’ONU en Syrie, qui irait au-delà de l’action humanitaire. Les membres du Conseil de sécurité appuient les recommandations du Secrétaire général et décident de créer un Bureau de liaison des Nations unies en Syrie (United Nations Liaison Office in Syria - UNLOS). Cette structure, administrée par le Département des affaires politiques (DPA) et formée de 20 à 30 personnes, dont des conseillers militaires, a pour mandat d’aider le nouvel Envoyé spécial conjoint de l’ONU et de la Ligue arabe, Lakhdar Brahimi, à s’acquitter de son rôle de médiateur et de facilitateur dans cette crise.

 

 

États participants