Historique de l'opération MINUSCA

< Retour au détail de l'opération MINUSCA

MINUSCA       Centrafrique

Mission multidimensionnelle intégrée de stabilisation des Nations unies en République centrafricaine

 

Le 10 avril 2014, le Conseil de sécurité de l'ONU adopte la résolution 2149 portant création de la Mission multidimensionnelle intégrée de stabilisation des Nations unies en République centrafricaine (MINUSCA). La MINUSCA prend le relais du Bureau intégré des Nations Unies pour la consolidation de la paix en République centrafricaine (BINUCA), créé en 2009. Mise en place en vertu du chapitre VII de la Charte de l'ONU, la MINUSCA est dotée d'une composante militaire qui entrera en fonction le 15 septembre 2014 et qui se reposera principalement sur les effectifs de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique sous conduite africaine (MISCA).



Contexte de déploiement e la MINUSCA

Le BINUCA, la MISCA et Sangaris

Déployé dans le pays depuis janvier 2010 pour contribuer à consolider la paix et renforcer les institutions démocratiques, le BINUCA a vu son mandat renforcé et modifié par la résolution 2121 (2013), du 10 octobre 2013 dans cinq domaines : l’appui à la mise en œuvre du processus de transition; l’appui à la prévention des conflits et à l’assistance humanitaire; l’appui à la stabilisation des conditions de sécurité; la promotion et la protection des droits de l’homme et la coordination des acteurs internationaux participant à l’exécution des tâches susmentionnées.

Le Conseil de sécurité de l’ONU autorise, dans sa résolution 2127 (2013), le déploiement de la Mission internationale de soutien à la République centrafricaine sous conduite africaine (MISCA), le 5 décembre 2013. Dans cette résolution, il valide, également, le déclenchement de l’Opération française « Sangaris »pour mettre un terme à l’escalade de la violence.

 

La nécessité de déployer une opération de l’ONU

Les violences et les violations à grande échelle des droits de l’homme s’aggravant et les besoins de sécurité sur le terrain étant nettement supérieurs aux moyens déployés, le Conseil prie le Secrétaire général, dans la même résolution, « d’entreprendre sans tarder » les activités de préparation et de planification nécessaires en vue de la transformation éventuelle de la MISCA en une opération de maintien de la paix des Nations unies.

 

Création et déploiement de la MINUSCA

La résolution 2149 (2014), du  Conseil de sécurité, créer la  Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA), le 10 avril 2014. Une pour une période initiale d’un an est prévue.

Le transfert de responsabilités de la MISCA à la MINUSCA s’effectue donc le 15 septembre 2014. Entre le 10 avril 2014 et le 15 septembre, la MINUSCA exécute ses missions attachées à sa composante civile ; et la MISCA continue d’accomplir le mandat que lui a confié le Conseil de sécurité. En coordination avec l’Union africaine, une équipe de transition est mise en place afin de mettre sur pied la MINUSCA et d’assurer le transfert de responsabilités.

 

La MINUSCA dispose d’un mandat onusien pour la protection des civils ; l’appui à la mise en oeuvre de la transition, y compris par des actions en faveur de 1'extension de l'autorité de l'État et du maintien de 1'intégrité territoriale ; la facilitation de l'acheminement immédiat, en toute sécurité et sans entrave, de toute l'aide humanitaire ; la protection du personnel et des biens des Nations Unies ; la promotion et la protection des droits de l'homme ; l’action en faveur de la justice nationale et internationale et de l'état de droit ; le désarmement, la démobilisation, la réintégration et le rapatriement des ex-combattants et des éléments armés ; d’après la résolution 2149 (2014) du Conseil de sécurité.

 

Mise en place de la mission

L’équipe décisionnelle

Le Lieutenant Général Babacar Gaye, nommé le 12 juin 2013 Représentant spécial de l’ONU et Chef du BINUCA, poursuit la mission qui lui a été donnée par le Secrétaire général de l’ONU en tenant le rôle de Représentant spécial du Secrétaire général et Chef de la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA).

Par décision en date du 24 juillet 2014, Diane Corner tient le rôle de Représentante spéciale adjointe du Secrétaire général et Chef adjointe de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA). Elle apporte ses 32 années d’expériences au sein du Ministère britannique des affaires étrangères et du Commonwealth.

Aurélien Agbénonci est, quant à lui, Représentant spécial adjoint du Secrétaire général des Nations Unies en Centrafrique, et Représentant spécial adjoint, Coordonnateur résident du système des Nations Unies et Représentant du Programme des Nations Unies pour le  développement (PNUD), depuis le 25 avril 2014.

Le Général Martin Chomu Tumenta, et Luis Miguel Carrilho, assurent respectivement les fonctions de Commandant de la Force de la MINUSCA, et Commissaire de Police de la mission. Ils ont, ainsi, en charge le maintien de l’équilibre et de la paix sur le terrain.

 

Effectifs

Au 31 octobre 2014, 7912 personnes sont déployées, incluant 6 590 militaires, 58 policiers, 1 083 observateurs militaires – soit 7731 membres du personnel en uniforme -, 82 membres du personnel civil international, 86 membres du personnel civil local, ainsi que 13 volontaires des Nations Unies – soit 168 civils.

Les pays contributeurs aux effectifs militaires sont : Bangladesh, Bhoutan, Bolivie (État plurinational de), Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Congo, Égypte, États-Unis d'Amérique, France, Gabon, Ghana, Indonésie, Jordanie, Kenya, Madagascar, Mali, Maroc, Mauritanie, Népal, Niger, Pakistan, Palaos, Paraguay, République démocratique du Congo, République tchèque, Rwanda, Sénégal, Serbie, Sri Lanka, Thaïlande, Yémen et Zambie.

Les pays contributeurs aux effectifs civils sont : Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Congo, Côte d’Ivoire, Djibouti, Madagascar, Niger, République démocratique du Congo, Rwanda et Sénégal.

 

Situation sur le terrain : la MINUSCA confrontée à la violence et aux émeutes

La Centrafrique connaît une véritable guerre civile opposant chrétiens et musulmans par le mouvement des milices anti-balaka, formé en 2012 contre l’arrivée au pouvoir de la coalition politique Seleka, majoritairement musulmane. Si la Seleka est officiellement dissoute depuis septembre 2013, ses combattants s’opposent violement aux autorités centrafricaines et aux Hommes de l’opération Sangaris. Les premiers touchés par ces violentes attaques sont les civils.

Depuis la chute du régime seleka, un gouvernement de transition a été créé, avec à sa tête la Présidente Catherine Samba-Panza, et le Premier ministre André Nzapayéké. Ce gouvernement est composé de proches du régime seleka, mais également des milices anti-balaka. La volonté politique, ainsi, clairement affichée par le gouvernement, est de rassurer les civils et tenter d’apaiser les conflits christiano-musulmans.

Au lancement de la MINUSCA, l’objectif premier est de ramener la stabilité dans la région, par la démilitarisation des milices anti-balaka et ex-seleka. Les forces de la MINUSCA se sont donc confrontées à la résistance des rebelles ennemis.

Depuis septembre 2014, la région ne se stabilise pas, et de nombreux actes de violences sont régulièrement annoncés. Ainsi, le 15 janvier 2015, la MINUSCA annonce le massacre de 200 personnes à Zoubingui. Mme Uwolowulakana Ikavi-Gbetanou, alors en charge de l’Information Publique de la MINUSCA, s'est dit préoccupée par la prolifération des armes légères, des conflits intercommunautaires et des attaques perpétrées contre les populations civiles par les différents groupes armés.

 

Les forces onusiennes, et l’Union africaine, ont porté leur soutien au gouvernement de transition, quant à la mise en place d’élections en 2015, afin de veiller à la stabilité politique en Centrafrique.

 

 

 

Actualisation :

Salomé Ponsin

Chercheur stagiaire

Centre d'études des Crises et des Conflits (CECRI)

Université catholique de Louvain

23 février 2015