Historique de l'opération EUAM Ukraine

< Retour au détail de l'opération EUAM Ukraine

EUAM Ukraine       Ukraine

Mission de conseil de l'Union européenne sur la réforme du secteur de la sécurité civile en Ukraine

 

La mission de conseil de l’Union européenne sur la réforme du secteur de la sécurité civile en Ukraine (EUAM Ukraine) a été lancée le 22 juillet 2014 par la décision 2014/486/PESC du Conseil de l’Union européenne, dans le cadre de la Politique de Sécurité et de Défense Commune de l’Union européenne (PSDC). L’objectif de cette mission civile est d’assister l’Ukraine dans la réforme du secteur civil qu’elle a engagée, y compris le renforcement d’un Etat de droit.



Suite aux abus des forces de sécurité ukrainiennes lors des protestations ayant eu pour épicentre la place Maidan à Kiev en 2013, au renversement du président pro-russe, Viktor Ianoukovitch, et à l'émergence de milices armées, les nouvelles autorités urkrainiennes souhaitaient remanier en profondeur le secteur de la sécurité civile. C'est dans le cadre de cette refonte du secteur que l'UE décide le 22 juillet 2014 d'épauler Kiev en déployant l'EUAM Ukraine.

 

L’EUAM Ukraine est une mission civile non armée et sans compétences d’exécution : ses rôles essentiels sont l’assistance et l’octroi de conseils aux forces de sécurité nationales, et ce, à un niveau stratégique. En pratique, la mission élabore, en collaboration avec les autorités nationales, des stratégies révisées en matière de sécurité, et aide à la mise en oeuvre des réformes nationales axées sur la démilitarisation, la décentralisation et la dépolitisation des forces de la police civile. L'EUAM a également pour objectif d'aider à coordonner les actions réalisées dans le domaine, antérieurement ou simultanément à la réforme, par d’autres partenaires internationaux comme l’OSCE. Enfin la mission a pour but d'épauler les autorités ukrainiennes dans leur tâche d'informer la population nationale quant à la réforme du secteur de la sécurité civile. Un engagement européen concret au maintien de l’ordre se fait donc sentir, afin de reconstruire l’Ukraine et d’en faire un Etat de droit. En effet, le système de police serait atteint par un haut niveau de corruption, et est même, dans certaines régions, soutenu par des financements privés.

 

Basée à Kiev, l'EUAM doit être composée à terme d’une centaine de policiers, diplomates et experts en sécurité européens. La mission dispose d'un budget de 13 millions d'euros pour sa première année. Selon l'échéancier de la mission, de juillet à novembre 2014, une équipe avancée s'est rendue sur le terrain afin de préparer le déploiement du personnel de la mission. Le 17 novembre 2014, le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Pavlo Klimkine, et la Haute Représentante aux Affaires étrangères de l’Union européenne, Federica Mogherini, signent le Statut de l’Accord sur la Mission (SOMA) entre l’Ukraine et l’UE. Cet Accord autorise la mission à procéder à son déploiement en Ukraine. Le lancement effectif de la mission a lieu à partir du moment où la capacité initiale opérationnelle est atteinte, début décembre 2014.

 

Le déploiement de la mission se fait dans un contexte sécuritaire assez difficile. En effet, les manifestations à Maidan ne furent pas un événement isolé puisqu'en découla une situation très tendue en Ukraine où des différences d'origine linguistique, historique et politique aboutirent à une forte volonté séparatiste avec les pro-Européens au nord-ouest d'une part et les pro-Russes au sud-est d'autre part. Ce tiraillement fut notamment exacerbé par une politique expansionniste russe qui annexa la région ukrainienne de la Crimée en mars 2014 et qui aurait contribué à l'armement des sécessionnistes de l'est, selon les Etats-Unis et l'Union européenne. Cette dernière allégation fut néanmoins démentie par la Russie. C'est donc dans un contexte tendu et dominé par une partition de l'Ukraine en deux "camps", avec une région pro-russe en violente opposition avec un nouveau gouvernement fédéral soutenant un rattachement à l’Occident, que l'EUAM s'introduit.

 

 

Laura Salemi

Chercheure-stagiaire au Centre d'Études des Crises et des Conflits Internationaux (CECRI), Université Catholique de Louvain

18 novembre 2014

Le déploiement de la mission se fait dans un contexte sécuritaire assez difficile. En effet, les manifestations à Maidan ne furent pas un événement isolé puisqu'en découla une situation très tendue en Ukraine où les différences d'origine linguistique, historique et politique aboutirent à une forte volonté séparatiste avec les pro-Européens au nord-ouest et les pro-Russes au sud-est. Ce tiraillement fut notamment exacerbé par une politique expansionniste russe qui annexa la région ukrainienne de la Crimée en mars 2014 et qui aurait contribué à l'armement des sécessionnistes de l'Est, selon les Etats-Unis et l'Union européenne. Cette dernière allégation fut néanmoins démentie par la Russie. C'est donc dans un contexte tendu et dominé par une partition de l'Ukraine en deux "camps", avec une région pro-russe en violente opposition avec un nouveau gouvernement fédéral soutenant un rattachement à l’Occident, que l'EUAM s'introduit.