Historique de l'opération Mission Soutien Déterminé

< Retour au détail de l'opération Mission Soutien Déterminé

Mission Soutien Déterminé       Afghanistan

Mission Soutien Déterminé

 

La Mission « Soutien Déterminé » (de l’anglais, « Resolute Support ») est lancée le 1er janvier 2015 par l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN). Son cadre juridique est formalisé dans une Convention sur le statut des forces (SOFA), signée à Kaboul le 30 septembre 2014 par le Président afghan, Ashraf Ghani et le Haut représentant civil de l’OTAN en Afghanistan, Ismail Aramaz. Il ne s’agit pas d’une mission de combat mais d’une mission de formation, de conseil et d’assistance, visant également à assurer le soutien financier à long terme des forces de sécurité nationales afghanes.



Alors que les troupes de la mission de la Force internationale d’assistance à la sécurité (FIAS) de l’OTAN présentes en Afghanistan depuis 2001 se retirent graduellement du pays, les actions terroristes s’intensifient, notamment de la part de groupes talibans. De nombreux attentats-suicides ou d’attaques contre les policiers et militaires afghans ont lieu, ce qui laisse présager des moments difficiles pour l’Afghanistan, la FIAS devant retirer ses dernières troupes à la fin 2014. C’est dans ce contexte qu’est envisagé le déploiement d’une mission devant succéder à la FIAS. Les ministres des Affaires étrangères des Etats membres de l’OTAN se réunissent ainsi fin juin 2014 afin d’approuver le plan d’opération de « Soutien Déterminé ». Le 4 septembre 2014, lors du sommet de l’OTAN qui se déroule à Newport au Pays de Galles, les dirigeants des pays contribuant à la FIAS soulignent la continuité de leur engagement selon trois axes : sur le plan militaire et policier, les dirigeants s’engagent à lancer la mission non combattante « Resolute Support », sur le plan financier, ils renouvellent leur soutien envers les forces afghanes jusque fin 2017, et sur le plan politique, ils réaffirment leur attachement au partenariat durable OTAN-Afghanistan signé en 2010 à Lisbonne. La Convention sur le statut des forces (SOFA) est signée le 30 septembre 2014. Le document définit les conditions dans lesquelles les forces de l’OTAN seront déployées en Afghanistan, ainsi que les activités qui y seront menées. Le Conseil de sécurité de l’ONU se félicite le 12 décembre de la mise en place de l’opération dans la résolution S/RES/2189 (2014). La mission est lancée officiellement le 1er janvier 2015.

 

L’Opération « Soutien Déterminé », contrairement à la FIAS, n’a pas de mandat coercitif. Il s’agit d’une mission de formation, de conseil et d’assistance destinée aux ministères et aux institutions nationales afghanes en charge de la sécurité, ainsi qu’aux échelons supérieurs du commandement de l’armée et de la police à travers tout le pays. Elle a quatre fonctions clés majeures. La première est de soutenir la planification, la programmation et la budgétisation. La deuxième est d’assurer la transparence, la redevabilité et le contrôle. La troisième est de contribuer à l’application des principes de l’état de droit et de la bonne gouvernance. Enfin, la quatrième consiste en une aide à la mise en place et au soutien des processus concernant, entre autres, la génération de force, le recrutement, la formation, la gestion et le perfectionnement du personnel. Un soutien financier à long terme à la police afghane devrait également être octroyé de la part tant des membres de l’OTAN, que des pays partenaires et de la « communauté internationale » en général.

 

Il est prévu que Resolute Support dispose d’environ 12 000 personnes déployées par les 28 Etats membres de l’OTAN et les 14 pays partenaires. Les Etats-Unis sont à la tête de la mission dans le sud et l’est de l’Afghanistan (Kandahar et Laghman), l’Allemagne dans le nord (Mazar-i-Charif), l’Italie dans l’ouest (Herat) et la Turquie (pays d’origine du Haut représentant civil de l’OTAN au moment de la signature du SOFA) dans la capitale, Kaboul. La mission se déroule donc entre le pôle principal de la capitale (et de la base aérienne, Bagram) et quatre satellites. L’opération est, originellement, conçue en trois phases : en premier lieu, le modèle pôle/satellites tel que représenté ci-dessus doit être appliqué dans les quartiers généraux et dans chaque satellite au niveau du commandement supérieur (l’OTAN). Lors d'une deuxième phase, la formation devra être concentrée, avec des effectifs restreints, dans les institutions de la capitale afghane. Une troisième phase doit voir, à terme, les troupes internationales se retirer de l’Afghanistan. Néanmoins, le plan d’opération ne prévoit pas d’indications temporelles concernant ces phases et il est convenu que la mission se terminera en fonction de l’évolution de la situation sur place.


Laura Salemi

Chercheure-stagiaire au Centre d’études des Crises et des Conflits internationaux (CECRI), Université catholique de Louvain

1er janvier 2015