Liban

 

14 mai 2011

Liban

Le Liban n’est pas une vraie démocratie, selon l’ancien Premier ministre

L’ancien Premier ministre libanais, Salim al-Hoss, déclare aujourd’hui qu’il manque au Liban deux éléments caractéristiques d’une vraie démocratie, à savoir la représentativité et la responsabilité. Dénonçant une corruption rampante au sein de l’administration publique et du gouvernement, il affirme que le développement des pratiques démocratiques de base devrait être une des priorités lorsque des réformes seront engagées. Le président Michel Sleimane avait affirmé hier que le Liban était une démocratie consensuelle unique qui respectait les libertés publiques et le principe de la rotation du pouvoir.

 

 

Partagez cette actualité


 

 

 

 

Opérations liées :

FINUL