Somalie/ONU

 

16 mai 2011

Somalie/ONU

Les querelles politiques minent le processus de paix en Somalie

Le Représentant spécial du Secrétaire général en Somalie, Augustine Mahiga, a affirmé avant-hier que les divisions politiques entre le TFG et le parlement sont en train de miner le processus de paix. « Le problème est que ni le gouvernement ni le parlement ne veulent de changement. C’est là la raison de cette paralysie », a-t-il déploré. À trois mois de la fin de leur mandat, les institutions somaliennes de transition n'ont en effet toujours pas accompli les tâches qui leur ont été confiées par l'accord de Djibouti, à savoir la sécurisation du pays, la stabilisation politique et l'élaboration d'un projet de constitution. En février dernier, les parlementaires avaient voté en faveur de l’extension de leur mandat pour trois ans à partir d’août, une décision unilatérale condamnée par le TFG, l’UE et l’ONU. M. Mahiga a ajouté que les gains militaires accomplis ces derniers jours sur le terrain risquent d’être compromis par ces querelles politiques. Par ailleurs concernant la situation humanitaire, il a estimé que « la communauté internationale n’a pas donné suffisamment de ressources pour la nourriture et autres biens de première nécessité ».

 

 

Partagez cette actualité


 

 

 

 

Opérations liées :

AMISOM BUPNUS