Géorgie

 

31 mai 2011

Géorgie

Les évènements du 26 mai discutés au Parlement géorgien

La session parlementaire d’aujourd’hui est animée par de vives discussions sur les évènements de la nuit du 26 mai, lors de laquelle la police a dispersé les manifestants par la force. L’opposition condamne une « opération de police punitive » destinée à démotiver les protestataires et demande une enquête parlementaire. « La police n’a pas laissé les gens fuir : peut-on appeler ceci de la dispersion ?», se demande un membre de l’opposition, Dimitri Lortkipanidze. Le parti au pouvoir, qui rejette le blâme des violences sur les manifestants, estime que des « groupes extrémistes soutenus par la Russie » tentaient d’organiser un coup d’État, explication que l’opposition qualifie de trop facile, les autorités ayant tendance à mettre une étiquette russe sur chaque mouvement de contestation. Le parti au pouvoir a cependant annoncé que des enquêtes internes au sein de la police étaient en cours et que des mesures disciplinaires seraient prises en cas d’actes répréhensibles. Il a estimé qu’une enquête parlementaire était ainsi inutile.

 

 

Partagez cette actualité


 

 

 

 

Opérations liées :

MSUE