Kosovo/Serbie

 

26 juill. 2011

Kosovo/Serbie

L'OTAN intervient suite à des tensions à la frontière entre le Kosovo et la Serbie

Des forces spéciales de la police kosovare ont pris cette nuit le contrôle de deux postes-frontières situés dans le nord du Kosovo, alors qu’elles ont été empêchées d’en contrôler un troisième par la population locale. Un porte-parole de la KFOR, Hans Dieter Wichter, annonce ce matin que la police kosovare se serait retirée des deux postes, suite à un accord entre le Kosovo et la Serbie, signé sous les auspices de l’OTAN. Cette affirmation est cependant démentie par Pristina. Les deux postes frontaliers en question avaient été attaqués et incendiés au moment de la proclamation d'indépendance du Kosovo en 2008, et les autorités kosovares n'y exerçaient aucun contrôle depuis. « Ce n’est pas une action contre le peuple local là bas (...) mais c’est notre politique d’assurer l’État de droit, de contrôler les passages à notre frontière et aussi d’avoir un système économique unique qui n’a pas fonctionné dans cette partie du pays depuis de nombreuses années », a assuré le Premier ministre kosovar Hajredin Kuci. Le Secrétaire d’État de la Serbie au Kosovo, Oliver Ivanovic, a réagit en avertissant que la situation était « très dangereuse » car elle pouvait mener à une escalade des tensions. Maja Kocijancic, une porte-parole de la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton, a pour sa part signalé que l’UE désapprouvait cet acte. Le nord du Kosovo abrite 60 000 Serbes qui ne reconnaissent pas l’État kosovar et considèrent toujours faire partie de la Serbie.

 

 

Partagez cette actualité


 

 

 

 

Opérations liées :

EULEX-Kosovo KFOR MINUK OMIK