ONU/Abus sexuels/Uruguay

 

5 sept. 2011

ONU/Abus sexuels/Uruguay

Le chef du contingent uruguayen de la MINUSTAH démis de ses fonctions

Le ministère uruguayen de la Défense a annoncé hier la mise à pied du chef du bataillon uruguayen de la MINUSTAH. Cette mise à pied est liée à l’ouverture d’une enquête par un juge haïtien sur le viol présumé d’un jeune homme de 18 ans par quatre Casques bleus provenant du pays d'Amérique latine. Le porte-parole du ministère uruguayen de la Défense, Sergio Bique, a ajouté qu'un «conseil de discipline» serait mis en place au sein de la MINUSTAH, les autorités du pays entendant « aller au-delà de la seule vidéo et établir s'il y a eu d'autres manquements » dans la conduite de ses militaires. M. Bique indique enfin que les soldats incriminés seront rapatriés au pays où ils feront face aux «peines les plus sévères et les plus rigoureuses prévues » s’ils sont jugés coupables. Des cas de violences sexuelles impliquant des troupes onusiennes auraient également récemment eu lieu dans l’ouest de la Côte d’Ivoire.

 

 

Partagez cette actualité


 

 

 

 

Opérations liées :

MINUSTAH

 

 

 

Organisations liées :

ONU

 

 

 

États liés :

Uruguay