Liban

 

11 nov. 2011

Liban

TSL : l’accusation frileuse face à un procès par défaut

Un représentant du bureau du procureur du TSL, Iain Morley, se dit aujourd’hui réticent à l’idée d’un procès par défaut, c’est-à-dire un procès dans lequel les accusés seraient absents et représentés par un avocat. « Le procès par défaut devrait être un dernier recours et non un premier choix. Nous n’avons pas atteint le stade où tous les recours pour effectuer les arrestations ont été épuisés », estime en effet M. Morley lors d’une audience devant le TSL. Il demande ainsi à ce que la question d’un tel procès soit reposée dans trois mois. Les quatre membres du Hezbollah accusés d’être impliqués dans l’assassinat de l’ancien Premier ministre libanais, Rafic Hariri, n’ont pas encore été arrêtés.

 

 

Partagez cette actualité


 

 

 

 

Opérations liées :

FINUL