La réforme du secteur de la sécurité en République centrafricaine

Quelques réflexions sur la contribution belge à une expérience originale

19 mai 2009

 

La Centrafrique tenait, en avril 2008, son premier séminaire national sur la Réforme du secteur de la sécurité, au cours duquel des acteurs gouvernementaux et non gouvernementaux, privés et publics, se sont engagés dans une discussion franche et une analyse en profondeur de ce qui est traditionnellement considéré comme un domaine politique très sensible, en particulier dans les situations post-conflit. Au-delà de son importance historique et de son impact au plan local, cet événement est remarquable par deux aspects particuliers : d'une part le niveau inégalé d'appropriation du processus par les autorités centrafricaines et de l'autre, la relation née entre les acteurs nationaux et internationaux, qui a permis à la Belgique d'assumer un rôle de facilitation.


Du 14 au 17 avril 2008, la République centrafricaine a connu un événement qui a été qualifié d’historique par ses participants, la tenue d’un séminaire national sur la réforme du secteur de la sécurité. Pour la première fois de son histoire, le pays a en effet vibré au rythme d’une discussion et d’une analyse fouillée sur un sujet des plus sensibles dans un contexte de sortie de conflit récent : celui du secteur de sa sécurité, et des réformes qu’il requiert à court, moyen et long termes.

 

 

Pour lire la suite de ce dossier, veuillez cliquer ici (pdf).

 

Retour aux dossiers du ROP