Syrie/ONU

 

27 mai 2012

Syrie/ONU

L’opposition partira en guerre si l'inaction de l'ONU se poursuit

Depuis le massacre de Houla, où 92 civils ont été tués par les forces du régime, l’opposition syrienne exprime son impatience et sa grande frustration face à l’inaction de la communauté internationale et avertit qu’elle prendra le chemin de la guerre si l’ONU n’agit pas immédiatement pour mettre fin aux exactions du gouvernement. Hier, l’ASL a déclaré qu’à moins que l'ONU n'agisse immédiatement pour mettre fin aux violences du régime, l’ASL ne se considère plus liée par son engagement au plan en six points de l'émissaire international Kofi Annan. « Nous annonçons qu'à moins que le Conseil de sécurité de l'ONU ne prenne des décisions d'urgence pour protéger les civils, le plan Annan ira en enfer. Le président Bachar al-Assad profite du plan Annan pour continuer à commettre des massacres », avertit l’ASL. D’autre part, le chef démissionnaire du CNS, Burhan Ghalioun, a appelé aujourd’hui le peuple syrien au combat si la communauté internationale ne décide pas d'intervenir sous le Chapitre VII de la Charte de l'ONU. Il demande aux Syriens de « mener la bataille de la libération et de la dignité en comptant sur ses propres forces, sur les rebelles déployés à travers le pays et sur les brigades de l'Armée syrienne libre au cas où la communauté internationale n'assumerait pas ses responsabilités » estimant qu’il n’y a « plus de temps à perdre ». Selon lui, ses concitoyens « n'ont plus rien à perdre d'autre que leurs chaînes et n'arrêteront pas leur marche glorieuse avant l'annonce de la création d'une Syrie démocratique libre et souveraine ». (Source : AFP)

 

 

Partagez cette actualité


 

 

 

 

Opérations liées :

MISNUS

 

 

 

Organisations liées :

ONU