RDC: peu d'avancées sur la force neutre à l'issue du mini-sommet de la CIRGL

 

9 sept. 2012

RDC: peu d'avancées sur la force neutre à l'issue du mini-sommet de la CIRGL

Les chefs d'État de la Conférence internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL), réunie lors un mini-sommet hier à Kampala, ont de nouveau échoué à définir les contours de la force neutre devant être déployée dans l'est de la RDC. Cette rencontre de la CIRGL, la troisième en deux mois consacrées à la crise en RDC, n'a attiré que quatre chefs d'État, soit l'Ougandais Yoweri Museveni, le président de la RDC, Joseph Kabila, le Tanzanien Jakaya Kikwete, et le président sud-soudanais, Salva Kiir, dont le pays n'est encore qu'un futur membre de la CIRGL. Le grand absent de la rencontre était le président rwandais Paul Kagamé, dont le pays est accusé par la RDC et l'ONU de soutenir les rebelles du M23. Le communiqué de la CIRGL publié à l'issue de la réunion ne précise que peu d'éléments de la future force neutre, puisqu'elle souligne simplement qu'elle serait déployée « sous un mandat de l'UA et de l'ONU ». D'autre part, un groupe de quatre pays, soit le Kenya, l'Angola, la RDC et la Tanzanie, a été chargé de faire une présentation devant l'UA au sujet de la mise en place éventuelle de cette force neutre. De plus, la CIRGL demande à nouveau aux ministres de la Défense de ses pays membres de se réunir rapidement afin de travailler à « l'opérationnalisation de la force internationale neutre, en vue de la déployer dans un délai de trois mois ». La Tanzanie a offert de participer à la future force et un nouveau sommet a été programmé dans un mois. (Source: AFP)

 

 

Partagez cette actualité


 

 

 

 

Opérations liées :

MONUSCO

 

 

 

Organisations liées :

CIRGL