Kosovo : l’idée d’une partition du territoire crée des remous

 

24 sept. 2012

Kosovo : l’idée d’une partition du territoire crée des remous

L’ancien chef du Bureau civil international au Kosovo, Pieter Fieth annonce aujourd’hui être en désaccord avec l’idée de diviser le pays. Les États-Unis, l’UE, la Turquie, la Suisse et la Norvège sont aussi de cet avis. Selon M. Fieth, une partition du pays aurait des « conséquences dramatiques » pour les Balkans, puisqu’elle ouvrirait la porte à des revendications semblables de la part des communautés albanophones de la vallée de Presevo et de Macédoine. « S’il y avait division, cela serait très déstabilisant pour toute la région, non seulement pour le Kosovo. La Serbie serait également touchée, par cela remettrait en question le statut de la vallée de Presevo. Et bien sûr, la Macédoine ne serait pas épargnée. Pour toutes ces raisons, je me positionne contre cette option », explique M. Fieth. Il s’oppose ainsi à l’ancien coordinateur du Pacte de stabilité pour l’Europe du Sud-Est, Erhard Busek, et au Premier ministre serbe, Ivica Dacic, qui proposent une séparation du territoire kosovar, les habitants du nord ne reconnaissant pas l'autorité de Pristina. (Source : Albinfo)

 

 

Partagez cette actualité


 

 

 

 

Opérations liées :

KFOR MINUK OMIK