Tchad

 

21 janv. 2008

Tchad

Amnesty International affirme que le gouvernement tchadien « intimide, harcèle et arrête sans mandat » des journalistes critiquant la lutte contre les mouvements rebelles. Amnesty mentionne la fermeture ce mois-ci de la station de radio FM Liberté, puis l’arrestation d’un dirigeant et l’intimidation d’un journaliste de la station. L'organisme mentionne également l'arrestation en décembre d'un éditorialiste du journal Notre Temps, Nadjikimo Benoudjita.

 

 

Partagez cette actualité


 

 

 

 

Opérations liées :

EUFOR Tchad-RCA MINURCAT