Mali: la France demande à ses alliés de ne pas laisser un vide sécuritaire au Mali

 

28 avr. 2013

Mali: la France demande à ses alliés de ne pas laisser un vide sécuritaire au Mali

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a exhorté hier les partenaires africains de la France à ne pas laisser un « vide sécuritaire » au Mali, où il a de nouveau appelé à la tenue de l'élection présidentielle dès juillet et au dialogue entre le MNLA et le gouvernement. En visite au Tchad qui a entamé un retrait progressif de ses quelque 2 000 soldats déployés au Mali, le ministre français a expliqué que « puisque nous rentrons dans une nouvelle phase, la phase qui est presque après-guerre, il ne faut pas laisser le vide sécuritaire » au Mali. Après avoir rencontré le président tchadien, Idriss Déby, M. le Drian a expliqué que « la décision de l'ONU de mettre en oeuvre des casques bleus nous a amené à évoquer (...) la manière dont le Tchad continuera à intervenir au Mali par le biais de cette force ». « Il faut qu'il y ait des élections au Mali au mois de juillet, c'est une question de crédibilité. Un pays qui retrouve sa souveraineté ne peut pas continuer à avoir des instances dirigeantes qui ne soient pas légitimes », a indiqué le ministre ajoutant que « la France est très attachée à cela et il faut tout faire pour que ça se déroule ainsi ». Faisant référence au MNLA qui contrôle la ville de Kidal et qui y refuse toute présence de l'armée malienne, le ministre français a souligné qu'« il est évident qu'il ne peut pas y avoir deux armées maliennes », mais que dans le cas précis de Kidal, « il faut le dialogue ». (Source: AFP)

 

 

Partagez cette actualité


 

 

 

 

Opérations liées :

MINUSMA MISMA