Historique de l'opération FOMUC

< Retour au détail de l'opération FOMUC

FOMUC       Centrafrique

Force multinationale en Centrafrique (2002-2008)

 

À l'issue d'un sommet le 2 octobre 2002, les États membres de la CEMAC décident du déploiement d'une force de 350 soldats en Centrafrique (FOMUC). Cette force remplace la MINURCA dont le mandat a pris fin en 2000. Elle a pour mandat initial d'assurer la sécurité du président Ange-Félix Patassé, la restructuration des forces armées et de surveiller le travail des patrouilles mixtes le long de la frontière avec le Tchad. Son mandat a été prorogé et adapté après l'éviction du pouvoir du président Patassé par le général François Bozizé en mars 2003.



À la suite d'une tentative de coup d'État orchestrée par le Général François Bozizé le 25 octobre 2002, la Communauté économique et monétaire d'Afrique Centrale (CEMAC) met en place, en décembre 2002, la Force Multinationale en Centrafrique (FOMUC).

 

La FOMUC a compté jusqu'à près de 380 hommes en mai 2005 dont 120 soldats congolais, 138 Gabonais et 121 Tchadiens ainsi qu'un personnel civil de 38 personnes en majorité des Centrafricains. En juin 2006, la FOMUC comptait 139 soldats.

 

Dans le cadre du déploiement de sa Force multinationale en Centrafrique, la CEMAC bénéficie d'un soutien financier et matériel extérieur dont celui de l'Union Européenne et d'une contribution de 194 372 euros de la part de l'Allemagne, destinée à couvrir une partie de l'équipement de la FOMUC.

 

Le budget de fonctionnement et les primes diverses sont assurées par l'Union Européenne et la Communauté à hauteur, respectivement, de 30 et 20%. A ce propos, la Commission Européenne a signé en 2004 avec la CEMAC, dans le cadre de la Facilité de paix à la FOMUC, une première convention de contribution pour un montant de 3,3 millions d'euros afin de soutenir l'opération militaire en RCA pour la période du 01 novembre 2004 au 30 juin 2005.

 

La France, elle, est expressément désignée dans le Statut de la Force pour assister celle-ci et lui faire bénéficier de son expertise. Aussi, s'inscrivant dans le cadre du concept RECAMP, elle apporte à travers l'« opération Boali » son soutien technique, administratif et financier à la FOMUC. Elle assure ainsi la fourniture et le soutien des matériels majeurs, ce qui représentent 50% des dépenses budgétaires de la Force.

Documents

Références

 

31 janv. 2008

Armed Movements in Sudan, Chad, CAR, Somalia Eritrea and Ethiopia


Center for International Peace Operations, Prof. Gérard Prunier, Addis Ababa, Berlin/Germany

PDF 151 Ko
 

 

30 janv. 2008

Instability in Chad


CRS Report for Congress, Lauren Ploch, Analyst in African Affairs

PDF 76 Ko
Toutes les références +

Liens