Tchad

 

3 mars 2008

Tchad

Les avocats des trois opposants tchadiens arrêtés le 3 février estiment que le gouvernement est « mal placé » pour faire enquête sur les évènements et la récusent d’avance. Selon eux, le Tchad n’« inspire aucune confiance sur la neutralité et la transparence d'une telle commission », qui devrait plutôt être menée « par un organisme international comme l'ONU ». Par ailleurs, l’un des trois opposants, Ngarlejy Yorongar, se trouve au Cameroun et demandera l’asile en Europe.

 

 

Partagez cette actualité


 

 

 

 

Opérations liées :

EUFOR Tchad-RCA MINURCAT