Fiche d'information de l'État : Croatie Croatie

< Retour au détail: Croatie

Croatie

Ancien territoire de l’ex-Yougoslavie, la République de Croatie est un État d’Europe centrale, devenue indépendant le 25 Juin 1991. La Croatie est membre de deux organisations habilitées à conduire des opérations de paix: l’OSCE (1992) et l’ONU (1992).

Politique de maintien de la paix

 

La Croatie participe au maintien de la paix et de la sécurité internationale, conformément à ses engagements internationaux. Son rôle dans les opérations de paix (OP) n’a cessé de croître depuis la fin de la Guerre froide. La Croatie qui a longtemps accueilli sur son territoire des missions de paix est désormais encline à déployer des contingents au sein d’OP internationales. Son objectif stratégique est autant d'assurer l’intégrité et la souveraineté nationale que d’accroître sa participation au sein des OP. Pour ce faire, elle entend améliorer ses capacités de défense et de sécurité en accentuant sa contribution dans des missions de paix, surtout au niveau régional. Ses objectifs principaux demeurent l’intégration dans les structures de l’Alliance atlantique et l’adhésion à l’Union européenne. De plus, la Croatie s’efforce de soutenir les opérations de paix dans le cadre onusien, en vertu de son statut d’observateur au sein de la Brigade multinationale d’intervention des forces en attente de l’ONU (BIRFA). En raison de la nature multidimensionnelle des OP, la Constitution croate admet la participation de plusieurs unités de personnel dans ces OP (experts militaires, personnel d’officiers civils, observateurs militaires…).

 

Structures décisionnelles politiques et militaires

 

Le processus qui déclenche la participation des Forces armées croates (FAC) est initié par les résolutions des instances internationales (ONU, OSCE) dans lesquelles la Croatie est membre. Par la suite, il est nécessaire d’obtenir l’approbation du Parlement qui entérine la décision de déployer des unités dans les OP. Le Parlement doit approuver les déploiements. La décision finale est du ressort de l’exécutif, regroupé autour du président de la République. Celui-ci prend sa décision après consensus avec plusieurs instances gouvernementales (dont le Ministère des Affaires Étrangères et le Ministère de la Défense). Des séances de consultations sont aussi menées au sein d’autres agences gouvernementales (dont les Affaires intérieures, services de renseignement…) avant la prise de décision finale. À tous les 6 mois, les unités déployées effectuent une rotation. Après chaque rotation, un rapport du Ministère de la Défense (incluant des informations sur le comportement des FAC dans les missions de paix) est présenté au Parlement. Ces rapports sont utilisés lors des décisions de renouvellement des mandats. Si nécessaire, le Parlement peut renouveler à tous les deux ans, le mandat des unités déployées dans les OP. En vertu de la constitution nationale, le commandement des FAC est sous l’autorité du chef d’état-major des Armées, qui répond du Ministère de la Défense et du chef de l’État croate.

 

L’engagement de la Croatie dans les Opérations de paix

 

Depuis la fin de la Guerre froide, la Croatie cherche à modifier son image sur la scène internationale, en s’impliquant dans la coopération régionale et en participant aux OP (en envoyant principalement des observateurs militaires). La Croatie a participé à sa première mission de maintien de la paix au sein de l'ONU en 1999, avec la MINUSIL (envoi de 10 observateurs militaires pour la surveillance des accords de paix en Sierra Léone). Même si l’Europe des Balkans constitue toujours une zone stratégique pour le pays, la Croatie entend intervenir dans plusieurs théâtres d’OP pour renforcer ses structures de défense au sein du système de sécurité collective. Actuellement déployés dans une quinzaine de missions internationales dont le Libéria, la Côte d’Ivoire, le Soudan, le Kosovo et l’Afghanistan, plusieurs unités militaires et policières croates contribuent à des missions de paix de l’ONU ou de l’UE (Mission de police de l’UE en Afghanistan). Une cinquantaine de soldats croates ont été déployés en février 2003, en Afghanistan pour prendre part à la Force internationale d’assistance et de sécurité de l’OTAN (FIAS). Actuellement, près de 210 soldats croates participent à la FIAS.

 

Dans le contexte onusien


La Croatie a participé pour la première fois aux OP de l’ONU, dans le cadre de la Mission des Nations Unies en Sierra Leone, où 10 observateurs militaires se sont déployés au sein de la MINUSIL, de 1999 à 2005. De 2001 à 2003, elle a envoyé sept observateurs militaires dans la mission onusienne en Éthiopie et en Érythrée (MINUEE). Actuellement, 4 observateurs militaires participent à la surveillance des accords de paix au sein de la MINUEE. En comptant cette mission, un total de 28 observateurs militaires ont été envoyés dans 8 OP de l’ONU, en Inde et au Pakistan (UNMOGIP), en Côte d’Ivoire (ONUCI), au Népal (MINUEP), au Sahara Occidental (MINURSO), au Burundi (BINUB), en Sierra Leone (UNIOSIL) et à la MONUG (Géorgie). En février 2008, 23 policiers étaient déployés dans quatre missions onusiennes (la MINUK accueillant 14 policiers à elle-seule, chargés du maintien de l’ordre, de la conduite d’enquêtes criminelles et de la surveillance des frontières). Dans le contexte de l’ONU, seulement 18 soldats sont actuellement déployés dans cinq OP. Plusieurs dirigeants et responsables politiques et militaires croates ont occupé de hautes fonctions au sein des OP de l’ONU. De mars 1995 à mai 1996, M. Darko Silovic a été le chef de la mission d’observation de l’ONU au Tadjikistan (MONUT). À la MINUL (en octobre 2003, trois hauts gradés militaires faisaient partie de la mission). Trois observateurs militaires croates faisaient également partie du personnel-officier en Côte d’Ivoire. Enfin, le général de division Dragutin Repinc, a occupé le poste de chef du Groupe d’observateurs militaires des Nations Unies en Inde et au Pakistan (UNMOGIP) de décembre 2005 à janvier 2007.

 

Au sein de l’UE et de l’OTAN

 

L’adhésion au sein de l’UE constitue un objectif prioritaire pour la Croatie, qui souhaite jouer un rôle actif dans la politique européenne de sécurité et de défense (PESD) et déployer des unités militaires et policières dans les OP menées au sein de l’UE. Ainsi, depuis le 4 octobre 2007, la Croatie participe à la Mission de police de l’UE en Afghanistan (EUPOL-Afghanistan). Dans cette région du monde, la Croatie déploie actuellement 210 soldats, pour l’OTAN. En effet, le Parlement croate avait approuvé le 12 décembre 2002, la participation des troupes croates au sein de la FIAS. En conformité avec cette décision et après l’accord du président de la République, le Parlement Croate a décidé de déployer le 13 février 2003, une unité militaire forte de 50 soldats. Une nouvelle décision du Parlement Croate (le 1er Juillet 2005) a prévu d’augmenter le nombre de soldats de 50 à 150. La force militaire croate est composée d’une légère compagnie d’infanterie qui offre un support logistique et médical au sein de la FIAS (en vertu d’un mémorandum avec les États-Unis, l’Albanie et la Macédoine, 4 médecins croates ont été envoyés en 2005, en Afghanistan). D’autres unités militaires croates ont également en charge des projets de formation (avec l’armée afghane) et de reconstruction dans huit localités afghanes (dont Mazar-e-Sharif).

 

Formation militaire

 

En matière de formation militaire, la Croatie dispose de plusieurs centres militaires, dont le Centre de Simulation Militaire pour le Haut-Commandement et le Personnel des Forces Armées Croates (CLSSC). Ce centre jouit d’une grande réputation internationale, notamment grâce à la qualité de la formation (plusieurs observateurs militaires déployés dans les OP de l’ONU y ont été entraînés). Plusieurs cours et exercices militaires y sont donnés en concordance avec les modules de formation de l’ONU, pour adapter l’expertise des FAC au contexte international d’OP. En outre, la Croatie entretient une coopération en matière de formation militaire avec plusieurs pays, dont les États-Unis et le Canada.

 

Coopération multilatérale

 

Au niveau multilatéral, la Croatie qui a déjà adhéré au Partenariat pour la paix (depuis mai 2000) a été invitée en avril 2008 à entamer des négociations en vue de son adhésion prochaine à l’OTAN. La Croatie (faisant partie des régions de la Méditerranée, de l’Europe Centrale et de l’Europe du Sud-est) entretient des relations privilégiées avec l’Italie, la Hongrie, l’Autriche et la Slovénie pour améliorer la coopération régionale. À cet effet, elle soutient les efforts de plusieurs pays sous-régionaux souhaitant rejoindre l’Union européenne et l’OTAN. La Croatie est également membre des États participants au Processus de Coopération de l’Europe du Sud-est (SEECP), avec l’Albanie, la Bosnie-Herzégovine, la Bulgarie, la Grèce, la Macédoine, la Serbie, le Monténégro et la Turquie. Cette structure régionale entend renforcer les alliances militaires et stratégiques pour une meilleure harmonisation des politiques de ces pays, avec les structures euro-atlantiques, dans le contexte de la paix et de la sécurité régionales.


Mountaga Diagne

Doctorant et Chargé de cours

 

17 avril 2008