Historique de l'opération Force panafricaine de maintien de la paix au Tchad

< Retour au détail de l'opération Force panafricaine de maintien de la paix au Tchad

Force panafricaine de maintien de la paix au Tchad       Tchad

Force panafricaine de maintien de la paix au Tchad (1981-1982)

 

En pleine guerre civile tchadienne, compliquée par les interventionnismes libyen et français, la Force panafricaine de maintien de la paix a été déployée suite à l'adoption par l'OUA de la résolution AHG/RES-102 (XVIII)/Rev.1 à l'issue de son 18ème sommet à Nairobi du 24 au 27 juin 1981.



La Force panafricaine de maintien de la paix avait été précédée par le déploiement de forces nigérianes en 1979, a posteriori approuvé par l'OUA. La reprise de la guerre civile, l'envoi de troupes libyennes en soutien au Gouvernement d'union nationale du Tchad (GUNT) de Goukouni Oueddeï, et l'annonce par le colonel Kadhafi d'une possible unification de la Libye et du Tchad ont incité la France et l'OUA à pousser à la création d'une force panafricaine de maintien de la paix.

 

Celle-ci sera composée de 4650 (contre 6000 autorisés) militaires nigérians - soutenus par les États-Unis -, sénégalais et zaïrois - appuyés par la France. Outre ces pays, l'Algérie, le Kenya, le Gabon, la Guinée-Bissau, et la Zambie ont envoyé des observateurs.

 

L'opération a pris fin à la chute de N'Djamena aux mains des forces du nord menées par Hissène Habré en juin 1982.

Budget estimé : 192 millions de dollars U.S.