Historique de l'opération FORPRONU

< Retour au détail de l'opération FORPRONU

FORPRONU       Macédoine Yougoslavie

Force de protection des Nations Unies (1992-1995)

 

La FORPRONU a été créée le 21 février 1992 par la résolution 743 du Conseil de sécurité de l'ONU et a été initialement déployée en Croatie.



En juin 1992, son mandat a été étendu à la Bosnie-Herzégovine, puis, en décembre 1992, à la Macédoine.

 

Le 31 mars 1995, la FORPRONU a été scindée en trois missions distinctes : la FORPRONU pour la Bosnie-Herzégovine, l'ONURC, pour la Croatie, et la FORDEPRENU, pour la Macédoine.

 

Du 31 mars au 15 décembre 1995, un quartier général coordonnant les trois opérations de paix a été établi à Zagreb (UNPF) sous la direction de Yasushi Akashi, puis de Kofi Annan, et sous le commandement du général Bernard Janvier.

 

Coûts : 4,6 milliards.

 

Effectifs en mars 1995: 38 599 militaires, y compris 684 observateurs militaires des Nations Unies, plus 803 policiers civils, 2 017 autres civils recrutés sur le plan international et 2 615 agents locaux.

 

Pertes : 3 observateurs militaires, 159 autres militaires, 1 policier civil, 2 civils recrutés sur le plan international et 2 agents locaux.

 

Pertes pour l'UNPF : 9.

 

Représentants spéciaux : Thorvald Stoltenberg (1993-1994), Yasushi Akashi (1994-1995).

 

Commandants de la force : généraux Satish Nambiar (1992-1993), Lars-Eric Wahlgren (1993), Jean Cot (1993-1994), Bertrand de Lapresle (1994-1995), Bernard Janvier (1995).

 

La FORPRONU en Bosnie-Herzégovine a exercé son mandat du 31 mars au 20 décembre 1995 sous la direction d'Antonio Pedauye et le commandement du général Rupert Smith.

 

Effectifs en mars 1995 : 30,600 soldats, 278 observateurs militaires et 17 policiers civils.

 

Pertes : 38 militaires, 1 policier civil, 1 civil local.

 

Au moment du retrait, le 20 décembre, il restait 2433 soldats, 156 observateurs militaires et 86 policiers civils.

 

Tous les pays mentionnés ont poursuivi leur implication sauf : l'Inde, la Lithuanie, le Luxembourg, la République slovaque, la Thaïlande et le Venezuela. L'Allemagne s'est ajoutée.

 

L'implementation Force de l'OTAN (IFOR) a pris la relève.