Un été de feu au Liban, 2006 : les coulisses d’un conflit annoncé

Un été de feu au Liban, 2006 : les coulisses d’un conflit annoncé

Publié le : 1er juin 2011

Auteur : Général Alain PELLÉGRINI

Recension faite par : Elena Aoun


A peine terminée, la « deuxième guerre du Liban » a fait couler beaucoup d’encre. Menée par Israël en réaction à l’enlèvement de deux soldats israéliens par le Hezbollah, cette guerre avait non seulement focalisé l’attention de la communauté internationale pendant plusieurs semaines et conduit à un renforcement de la FINUL, mais elle avait également révélé une évolution substantielle des rapports de force, notamment entre Tsahal et le Hezbollah, et entre ce dernier et le reste de l’échiquier politique libanais. Très vite, récits et analyses se sont multipliés, reflétant pour la plupart l’expérience de la guerre et l’interprétation de ses incidences à partir du prisme de l’un ou l’autre des protagonistes. Publié en 2010, avec un recul de plusieurs années, l’ouvrage du Général Pellégrini vient enrichir une littérature souvent parcellaire et biaisée. Commandant de la FINUL au moment des faits, cet officier français coiffé d’un casque bleu a été un observateur privilégié et, comme le dévoile le récit, particulièrement lucide des événements qui se déroulent à partir du 12 juillet 2006. Née d’une résolution du Conseil de sécurité (425) datant de 1978, la FINUL n’avait pas un mandat lui permettant de s’interposer entre les deux belligérants – un État et une milice – mais elle a su rester sur le terrain pour : observer et rendre compte de la situation ; aider selon ses moyens la population civile ; maintenir l’unique voie – même indirecte – de communication de terrain entre le Liban et Israël ; et préserver les chances de l’ONU de faire partie de la solution.

Document