La réforme des systèmes de la sécurité

La réforme des systèmes de la sécurité

13 déc. 2011

Séminaire destiné au Groupe consultatif des ambassadeurs francophones à Addis Abeba

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le ROP organise le 13 décembre 2011 un séminaire intitulé « La réforme des systèmes de la sécurité ». L’activité, organisée avec l’appui du Gouvernement du Canada et en collaboration avec la Représentation de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) à Addis-Abeba, est destinée aux membres du Groupe consultatif des Ambassadeurs francophones à Addis Abeba. Parmi les intervenants figurent M. Kossi Agokla, du Centre Régional des Nations Unies pour la Paix et le Désarmement en Afrique/ Réseau africain pour le secteur de la sécurité, Mme Niagalé Bagayoko-Penone, Responsable du programme « Maintien et consolidation de la paix » de la Délégation à la Paix, à la Démocratie et aux Droits de l’Homme (OIF) et M. Christophe Touko, du Département Paix et Sécurité de l'Union africaine.


Le séminaire, qui a été inauguré par l’Ambassadeure du Canada à Addis Abéba, S.E. Mme Michèle Lévesque, par le Représentant permanent de l’OIF auprès de l’UA et de la CEA , S.E.M. Libère Bararunyeretse, et par le Directeur du ROP, Jocelyn Coulon, a regroupé une quarantaine de représentants francophones oeuvrant dans le domaine de la paix et de la sécurité à Addis Abéba.


PROGRAMME



Problématique


Quand et comment le concept de « réforme des systèmes de sécurité » (RSS) at-il été forgé ? Que recouvre ce concept? Quels cadres normatifs internationaux s’y réfèrent-ils?Pourquoi la nécessité de mettre en oeuvre des processus RSS se fait-elle sentir avec une acuité particulière sur le continent africain? Qu’est-ce que la gouvernance démocratique des systèmes de sécurité? Pourquoi sa promotion doit-elle aller de pair avec les programmes de restructuration des appareils de défense et de sécurité ? Quelles sont les spécificités des systèmes de sécurité de l’espace francophone? Pourquoi les processus RSS relèvent-ils à la fois des stratégies de sorties de crise/consolidation de la paix et des stratégies de prévention des conflits? Pourquoi et comment l’Union africaine (UA) s’est-elle approprié le concept de RSS? Quelles sont les principaux axes du Cadre politique de l’UA sur la réforme du secteur de la sécurité?

 

 

Horaire

 

 

9h30 | Accueil et enregistrement

 


9h45-10h00 | Mots d’ouverture


- S.E. Mme Michèle Lévesque, Ambassadeure du Canada à Addis-Abeba


- M. Jocelyn Coulon, Directeur du Réseau de recherche sur les opérations de paix


- S.E.M. Libère Bararunyeretse, Représentant permanent de l’Organisation internationale de la Francophonie auprès de l’Union africaine et de la CEA à Addis-Abeba

 


10h00-10h20 | Les enjeux de la RSS : réforme et gouvernance démocratique des appareils
de défense et de sécurité


- M. Kossi Agokla, Centre Régional des Nations Unies pour la Paix et le Désarmement en Afrique / Réseau africain pour le secteur de la sécurité

 

Consulter sa présentation.



10h20-10h40| Les spécificités institutionnelles et organisationnelles des systèmes de
sécurité dans l’espace francophone


- Mme Niagalé Bagayoko-Penone, Responsable du programme « Maintien et consolidation de la paix », Délégation à la Paix, à la Démocratie et aux Droits de l’Homme, Organisation internationale de la Francophonie

 

Consulter sa présentation.


Consulter le dossier « Contribution de l’Organisation internationale de la Francophonie à la promotion de la gouvernance démocratique des systèmes de sécurité dans l’espace francophone ».

 

10h40-11h00 | Présentation de la politique de l’UA en matière de RSS


- Colonel Christophe Touko, Chargé des plans et des opérations de la Police, Division des opérations de soutien à la paix, Département paix et sécurité, Commission de l’Union africaine

 

Consulter sa présentation.


11h00-11h15 | Pause-café

 

 

11h15-12h30 | Discussions / Questions

 


12h30 | Déjeuner servi sur place



BIOGRAPHIE DES CONFÉRENCIERS

 

 

Niagale Bagayoko, docteur en science politique, diplômée de l’Institut d’Études Politiques de Paris où elle a enseigné comme maitre de conférences. Depuis 2010, elle est responsable du programme « maintien et consolidation de la paix » au sein de la Délégation à la paix, à la démocratie et aux Droits de l’Homme de l’Organisation internationale de la Francophonie. Précédemment, elle a été chercheure à l’Institute of Develpment Studies (IDS, Université du Sussex, Royaume-Uni) où elle a notamment travaillé sur les questions de réforme du secteur de sécurité et sur la problématique sécurité/développement. Sa thèse, portant sur les politiques de sécurité française et américaine, a été récompensée par le prix 2003 de la recherche scientifique, décerné par l’Institut des Hautes études de Défense Nationale (IHEDN) et elle est l’auteur de nombreux ouvrages et articles portant sur les relations internationales et stratégiques.

 

 

Kossi Mawuli Agokla est titulaire d’un doctorat d’État et est professeur de droit des universités du Togo. Il a occupé de nombreuses fonctions dans l’administration togolaise notamment comme Secrétaire général du ministère de la fonction publique, puis du ministère de l’intérieur et aussi en tant que Conseiller du Premier Ministre du Togo, chargé des réformes. Il a ainsi conduit la réforme des juridictions administratives devenu effective depuis 2007 au Togo. M. Agokla a exercé aussi de hautes fonctions dans les organisations internationales notamment au sein de l’ex-OUA, de la CEDEAO et comme Secrétaire général de la Commission de l’UEMOA à Ouagadougou. Depuis 2007, il est chargé du Projet ASSEREP (Programme de réforme du secteur de la sécurité en Afrique, ASSEREP) et est membre de l’ASSN.

 

 

Colonel Touko Christophe est Officier de la Gendarmerie Camerounaise, actuellement chargé des plans et des opérations de la police à la Division des Opérations de Soutien à la Paix de l’Union africaine. Après sa formation d’Officier à l’École Militaire interarmées du Cameroun, il suit le stage des Officiers de Gendarmerie à l’École d’Application des Officiers de la Gendarmerie Nationale de Yaoundé, puis le cours du Diplôme d’état- major au Centre d’Enseignement Supérieur de la Gendarmerie de Maisons-Alfort en France. Il est titulaire d’une Licence en Géographie physique et du Brevet de l’Enseignement Militaire Supérieur du Second Degré. Il a occupé plusieurs postes de responsabilités au sein de la Gendarmerie camerounaise.