Stratégies de sortie : du maintien de la paix à la consolidation de la paix

Stratégies de sortie : du maintien de la paix à la consolidation de la paix

1er mars 2012

Séminaire destiné aux États francophones membres du C34

 

 

Ce séminaire thématique destiné aux membres du Groupe des experts francophones membres du réseau de veille « OMP et prévention des conflits » a pour triple objectif de présenter la stratégie de consolidation de la paix précoce du DOMP et du DAS, d'explorer les tenants et les aboutissants du "nexus" maintien de la paix - consolidation de la paix et de traiter des incidences pratiques de ce "nexus".

 

Programme

 

États des lieux sur la stratégie de consolidation de la paix précoce du DOMP et du DAS

 

Quels sont les principaux éléments de la stratégie DOMP/DAS sur la consolidation de paix précoce? Pourquoi l’ONU porte-t-elle une attention particulière à la transition du maintien de la paix vers la consolidation de la paix? Quelles sont les options proposées ? Quels sont les principaux défis liés à cette transition ? Comment le DOMP et le DAM s’organisent-ils pour relever ces défis? Quels sont les éventuels domaines de collaboration avec l'OIF et ses membres?

 

Herbert Loret, coordinateur, Section des meilleures pratiques et de la gestion du savoir en maintien de la paix, Division des politiques, de l'évaluation et de la formation, Département des opérations de maintien de la paix de l’ONU

 

Le « nexus » maintien de la paix – consolidation de la paix

 

Quelles sont les contradictions conceptuelles persistantes dans la façon dont la discussion est aujourd’hui abordée ? Pourquoi l’idée même de transition est révélatrice d’un contre-sens ? Que suppose, en termes très concrets, la compréhension de la construction de la paix sur un continuum ? Comment mettre en place, dès le premier jour d’intervention, les conditions d’une paix durable et appropriée par les différents acteurs nationaux ? En quoi de telles propositions pourraient-elles permettre de dépasser les désaccords persistants entre États membres et sensiblement améliorer les conditions d’intervention des missions et leur impact sur le terrain ?

 

Béatrice Pouligny, chercheure indépendante et professeure associée à la Edmund A. Walsh School of Foreign Service de l’Université Georgetown

 

Transition entre maintien de la paix et consolidation de la paix : le cas du Burundi

 

Comment s’est opérée la transition de l’ONUB au BINUB? En quoi l’ONUB a-t-il préparé le terrain au BINUB? Dans quelle mesure les Casques bleus sont-ils en mesure d’accomplir des tâches de consolidation de paix? Comment le BINUB/BNUB appréhende-t-il le processus d’appropriation de la consolidation de la paix par les acteurs nationaux? Comment la coordination entre tous les acteurs engagés dans la consolidation de la paix se fait-elle au Burundi? Quels sont les efforts de renforcement des capacités locales entrepris par le BINUB/BNUB? Le partage des expériences et les leçons tirées du passé bénéficient-ils d’une place de choix dans le processus de transition d’une opération de maintien de la paix à une opération de consolidation de la paix ?

 

Arthur Boutellis, analyste politique senior à l'International Peace Institute (IPI) de New York

 

ÉLÉMENTS BIOGRAPHIQUES DES INTERVENANTS

 

 

Dr Béatrice Pouligny est chercheure indépendante et professeure associée à l’Université Georgetown (Washington DC). Anciennement chercheure senior au Centre d’études et de recherches internationales (CERI / Sciences-Po / CNRS, Paris) et Professeur à Sciences Po Paris, Dr Pouligny a entrepris une carrière académique après 15 ans de terrain avec les Nations Unies et différentes ONG. Au cours de la dernière décennie, parallèlement à son travail de chercheure, elle a poursuivi son travail de praticienne de terrain et de consultante dans différentes régions du monde (Amérique centrale et du Sud, Caraïbes, Afrique, Asie et Balkans). Ses recherches et pratiques ont été principalement axées sur un meilleur soutien aux capacités locales et une meilleure interaction entre initiatives locales et internationales en faveur de la paix. Ses travaux actuels se concentrent sur les capacités de résilience sociétale dans la sortie de crise violente et, plus généralement, en contexte de fragilité ; elle a contribué à des rapports récents de la Commission européenne et de la Banque Mondiale sur le sujet. Elle est l’auteure de très nombreux articles, rapports et contributions à des ouvrages ainsi que de deux principaux ouvrages : Ils nous avaient promis la paix : Opérations de l’ONU et populations locales (Peace Operations See from Below : UN Missions and Local People) ainsi que After Mass Crime: Rebuilding States and Communities. Dr Pouligny a conçu et rédigé l’essentiel d’une encyclopédie en ligne sur la consolidation de la paix créée en 2009 en partenariat avec le Bureau d’appui à la consolidation de la paix de l’ONU : www.peacebuildinginitiative.org. Elle détient un doctorat en science politique de l’Institut d’Études Politiques de Paris.

 

Arthur Boutellis est analyste politique senior à l'International Peace Institute (IPI) de New York. Avant de rejoindre IPI en janvier 2011, il a été déployé dans diverses missions de paix des Nations Unies. Il a ainsi œuvré en tant que chargé du programme RSS et armes légères au sein du Bureai Intégré des Nations Unies au Burundi (BINUB), en tant qu’assistant spécial du Représentant Spécial du Secrétaire Général de l’ONU au sein de la Mission des Nations Unies au Tchad et en République centrafricaine (MINURCAT) et en tant que chargé de programme attaché au Bureau du Coordonnateur à l’Etat de droit de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (MINUSTAH). Ses domaines de recherche portent sur la gestion de crises, le maintien de la paix et la consolidation de la paix, ainsi que le DDR et la Réforme du Secteur de la Sécurité. M. Boutellis est diplômé en Affaires Publiques de la Woodrow Wilson School de l’Université Princeton.

 

Herbert Loret est coordinateur à la Section des meilleures pratiques et de la gestion du savoir en maintien de la paix, au sein de la Division des politiques, de l'évaluation et de la formation du Département des opérations de maintien de la paix de l’ONU. Auparavant, il a occupé les fonctions d’assistant spécial au Représentant spécial du Secrétaire général dans le cadre de la Mission des Nations Unies en République Démocratique du Congo (MONUC) puis de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en République Démocratique du Congo (MONUSCO). Il a également été chargé d’Affaires politiques auprès de la MONUC et chargé d’Affaires en désarmement au siège des Nations Unies. M. Loret est détenteur d’un Diplôme d'études approfondies (D.E.A.) en Droit et en Science Politique.