Centrafrique

 

17 janv. 2009

Centrafrique

Le président centrafricain, François Bozizé, a déclaré jeudi que son prédécesseur, Ange-Félix Patassé, restait passible de poursuites de la part de la CPI car « nous avons précisé que l'amnistie ne concerne pas les décisions de la CPI. Nous laissons la CPI continuer son travail normalement jusqu'à son aboutissement ». L’ancien chef d’État renversé par M. Bozizé avait été mis en cause par Jean-Pierre Bemba lors de sa comparution à La Haye.

 

 

Partagez cette actualité


 

 

 

 

Opérations liées :

EUFOR Tchad-RCA MICOPAX MINURCAT