Relations militaires/ humanitaires


 

 

On entend par relations militaires/humanitaires les différentes interactions que l'on peut constater, sur le terrain comme dans les capitales, entre les organisations humanitaires, qu'elles soient gouvernementales (l'Agence Canadienne de Développement International, par exemple), internationales (Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés) ou non gouvernementales (Médecins Sans Frontière, CARE), d'une part ; et les armées déployées sur des théâtres d'opération, à titre national (la mission Licorne en Côte d'Ivoire), sous la direction des Nations Unies (Mission de l'Organisation des Nations Unies en République Démocratique du Congo - MONUC) ou en coalition comme par le biais d'une alliance (l'OTAN : Kosovo Force - KFOR, ou Force Internationale d'Assistance à la Sécurité - FIAS - en Afghanistan). Les relations militaires - humanitaires ont, depuis quelques années, suscité un débat important dans les cercles de réflexion en relations internationale, en sociologie militaire comme en sociologie de l'action humanitaire. Très médiatisé, ce débat revient à chaque intervention militaire de manière récurrente depuis le début des années 1990, soulevant un certain nombre de questions sur le terrain comme au sein des états-majors militaires et aux sièges d'ONG ou d'organisations multilatérales d'aide. {{[Suite->7312]}}